Tenaillé

Avis sur Tenet

Avatar alb
Critique publiée par le

Dur de ne pas reconnaitre l'auteur de Tenet. Tout y est, les paradoxes scientifiques, le jeu des timelines et des plans en IMAX d'une beauté assourdissante, c'est vraiment du Nolan.

C'est tout d'abord la plastique de Tenet que je veux saluer, depuis Matrix Reloaded en 2003, je crois que je n'avais pas pris autant dans les mirettes à voir des voitures rouler sans fin sur une portion d'autoroute. La captation de l'image et sa restitution sont incroyables, chirurgicales, et ce format Imax est vraiment béni des dieux pour tout fanatique de home cinema.

Tout le reste du film est à l'avenant dans un style très James Bondien où on enchaine les environnements d'une qualité qui respire bon les dollars dépensés sans compter.

Mais viens le plot ensuite, et là c'est plus délicat. Le film est moins inutilement compliqué que ce que je le craignais, et si il balaie pour nous quelques paradoxes, il fait partie de ces œuvres qui nous dit très vite : "tais toi et profite". Car si on cherche absolument à tout remettre dans l'ordre, et relier tous les points des différentes les scènes dès le premier visionnage il est fort à parier qu'on ne va pas passer un excellent moment, niveau mal de crâne on est plus proche de Dark (en beaucoup plus énervé) que de Counterpart ou de Travelers pour faire un parallèle avec le monde des séries.

Je n'ai quand même été qu'à demi convaincu par les différentes aller et retour dans ces tourniquets d'entropie, qui alourdissent énormément le récit, même si Nolan essaie de le compenser par un montage énergique, et des grosses cornes de brume numériques en guise de bande de son, pour garder le spectateur dans le film.

Il reste que le sujet est suffisamment original pour maintenir l'attention, si ce n'est l'affrontement final où je trouve que le fil tiré à l’extrême romps dans un joyeux bordel. Le dernier quart d'heure aurait peut-être mérité un peu plus de simplicité et de malice, parce que là c'est beaucoup de bruit pour rien.

Au final Nolan peine à créer suffisamment d'émotions pour connecter complétement avec le spectateur, alors qu'il avait su parfaitement le réussir avec Interstellar ou The Prestige (le jury délibère encore pour Inception). Plus il creuse ses idées, plus il semble avoir du mal à nous toucher, et se perdre dans son travail sans fin d'artisan du temps. Tenet prend donc le risque de déplaire à beaucoup de monde, c'est courageux à défaut d'être une réussite complète.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 63 fois
1 apprécie

Autres actions de alb Tenet