Un chef d'oeuvre intemporel

Avis sur Terrain miné

Avatar Edelmar
Critique publiée par le

Il y a certaines choses qui vous restent ancré dans la mémoire. Votre communion, votre mariage, votre premier gosse. Moi, a ce jour, je me rappelle encore de mes cours de français du lycée.Ces cours ou le prof m'assenaient engueulades sur réprimandes, et regles sur doigts pour m'inculquer le principe fondateur suivant:
Dans un commentaire composé, on commence toujours par quelque chose de général pour ensuite descendre petit a petit ( comme mes notes d'ailleurs) dans le particulier.

Oui, en effet, vous pouvez toujours argumenter sur le fait que je ne suis pas entrain d'écrire un commentaire composé. Mais il me fallait quelque chose pour commencer ma critique donc voila. En plus, pour introduire Terrain Miné, superbe, et unique création de Seagal, il faut que je commence par du général. Donc, ca tombe bien. CQFD, et tout le tintouin.

Dans le septieme art, il y a plusieurs types de films (les choses intéressantes viennent apres la déclaration de captain obvious), et ici, on en mentionnera trois catégories;

1. Les chef d'oeuvres
2. Les merdes a oublier
3. Terrain Miné.

Je sais, c'est très caricatural comme classement, mais en même temps, Terrain Miné est, on peut bien l'avouer, un des films représentant le mieux le genre nanar.
Ce genre qui font que les films de la catégorie 2 passent dans la catégorie 1 (voir figure a pour plus d'éclaircissement) au lieu de passer dans le grenier de ma grand-mère.

La question est finalement de savoir pourquoi ces films arrivent a finalement s'élever au rang de chefs d'oeuvre.

Pour cela, et apres un examen minutieux, j'en suis venu a quelque conclusions dont je vais vous faire part. D'abord, il faut, tres souvent, que le film parle d'un sujet sérieux, un vrai probleme qui, au fond, fait chier tout le monde. Ici, Seagal a décidé d'employer les gros moyens en s'accaparant un theme qui, a l'époque était deja bien important: l'écologie, et le pétrole. A partir de la, vous foutez la situation chez les esquimaux, avec en face, un connard d'américain blanc dégueulasse et sans ame, et zou la bamboula, le spectateur voit s'offrir un scénario assez caricatural sur un plateau d'argent.

Caricatural, c'est le mot. Mais c'est aussi les personnages, les situations, les dialogues !
Car c'est la, la seconde étape du nanar, essentielle d'ailleurs a la concrétisation de celui ci. Le réalisateur doit, et le fait très bien ici, tirer ses personnages jusqua la caricature, mais sans le vouloir; excercice certes périlleux, mais aux résultats hilarants. Et caricaturé, ils le sont tous. Le sous-fifre completement poltron ( joué par un irrésistible Dr Cox), le patron incarnant la vilenie et le capitalisme sans âme. ( Ce type serait pret a vendre sa mere), les mecs de l'armées et leurs phrases, la femme d'affaires salope...

La ou Terrain Miné fait fort, c'est qu'en plus de tout ca, il arrive a ajouter une dimension mystique/new age/symbolique a fond, mais qui n'a absolument pas sa place ici (comme vous pouvez le voir dans le diagramme b), rendant la chose inutile, et a fortiori ( pour plaire au comissaire) assez improbable. Au final, on en ressort la tete vrillé, et remplis de questions sur le pourquoi de l'existence de cette séquence.

Mais un nanar ne serait rien sans son héros, grand, beau, fort et surtout très masculin. Et ici, nous avons un des pontes du genre ( dont la moitié de ses films n'ont meme pas vus les salles de cinéma mais sont passé directement a la case "dvd a 10 euros en promo a inter", donc sans toucher les 200 euros): Steaven Seagal. Et non seulement il est le héros, mais aussi le réalisateur, ce qui explique sans doute le fait que ce nanar soit classé dans le top5.

Alors, on ne va pas le dire deux fois, Steaven incarne parfaitement son role. Ancien mec d'une quelconque communauté qui la entrainé a devenir un cauchemar ambulant pour ses adversaires (ceux ci étant bien sur des enfoirés de premiere.)
Il évoluera au fil de l'histoire pour.........non attendez je raconte des conneries. Soyons francs, il évoluera de la maniere qu'on préssentait depuis les 5 premieres minutes du films,
c'est a dire qu'il revendiquera publiquement l'opinion qu'il avait depuis le début mais qu'il disait pas, parce qu'un drame ne lui était pas encore arrivé. Dire que le personnage évolue, tient plus ici de l'extrapolation qu'autre chose.
(Oui, le scénario en plus d'etre caricatural, est prévisible. Mais finalement, ne peut on pas dire qu'il est prévisible car caricatural ?)

Derniere chose, mais pas des moindres !

Un nanar a une regle d'or, si vous voulez appréciez pleinement celui ci, vous devez le regardez en français. Et la raison pour laquelle ce film la est un chef d'oeuvre est celle ci: les dialogues français sont mémorables. Génialissime.
Entre le Steaven Seagal qui essaie d'entamer un cours de philo a un mec dont il vient de peter le nez dans un bar apres l'avoir humilié publiquement, et le mec de l'armée qui décrit comment le gentil est un cauchemar ambulant, les occasions de se briser les reins ne manquent pas.

C'est pour toutes ces raisons que le nanar est un genre a aimer, et ce film, un film a vénéré. N'ayons pas peur des mots, aux royaumes de ces mauvais films sympathiques, Terrain Miné possède une place princière, voire royale pour certains.

Un ultime conseil a vous donner, regardez le entre amis, vous aurez comme cela l'occasion plus tard, lors d'une soirée, apres avoir vu votre pote vider ses tripes dans les chiottes, de le fixer dans les yeux, et de lui dire tendrement:

"Ah Brocoli, que faut il...que faut il pour changer la nature d'un homme ?"

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 1235 fois
15 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Edelmar Terrain miné