👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Avec peu, Fleischer parvient à captiver l’intérêt plus qu’on aurait pu le penser à la lecture du pitch, court et simpliste. Jugez plutôt, pour matière principale une aveugle effrayée par un timbré du caisson qui s’est introduit chez elle pour zigouiller la seule famille qui lui reste. Sur le papier, c’est loin de prêter au rêve, on s’imagine déjà les scènes agaçantes mettant en images la pauvrette apeurée, les yeux fixes et tremblants, les cordes vocales au max de leurs capacités. Et si malheureusement toutes ces craintes se révèlent avérées, et c’est certainement la limite de l’exercice auquel se prête Fleischer, elles ne prennent cependant aucunement le pas sur les idées que déploie le bonhomme pour rendre intéressant le vide qu'il a entre les mains.

C’est effectivement par son sens de la mise en scène qu’il parvient à tirer quelque chose de la crispante Mia Farrow (faut s’accrocher quand même …) ou tout au moins du pétrin dans lequel elle se trouve. Sa caméra emprunte autant aux premiers gialli de Bava, Dallamano ou autres Fulci qu’elle tente de s’approprier les gimmicks de ce genre bien particulier, caractérisant par exemple le tueur à travers ses exubérants souliers, rasant le sol dès qu’elle en a l’occasion pour garder le mystère quand à l’identité du taré qui les cire. Pour parfaire le challenge, Fleischer réussit, dans la première moitié du film, à rendre palpable la tension naissante d’une situation improbable : une jeune aveugle se ballade parmi les cadavres, sans savoir qu’ils sont là, prenant pour des âmes seulement endormies ses proches fraîchement expédiés dans un autre monde. La séquence ventrale de Terreur Aveugle file des frissons et, à elle seule, vaut assurément le coup d’œil.

Mais voilà, une fois Mia sortie dans les bois, il faut s’accrocher pour aller au bout de ce qui vire rapidement au thriller bas de plafond. Entre fausse piste racoleuse et coups de crocs stéréotypés, la résolution manque totalement le potentiel capturé par la caméra audacieuse qui filmait les premières séquences. Le dernier quart d’heure sonne comme l’abandon de Fleischer en matière de créativité : l’homme conclut sans autre forme de procès la croisade de son héroïne fadasse. Dès lors, on amorce la descente un peu dépité, en repensant au shoot stimulant de la première heure. Une chose est sure, si terreur aveugle ravira les amateurs de Fleischer qui ont déjà parcouru sa filmographie, le nouveau venu dans son œuvre préférera se frotter à ses films plus ambitieux : l’étrangleur de Boston, L’étrangleur de la place Rillington ou Les flics ne dorment pas la nuit sont d’un tout autre calibre que ce petit thriller campagnard qui a bien du mal à tenir la distance.

oso
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste L'ours, Homo Video, en 2015

il y a 6 ans

3 j'aime

Terreur aveugle
Gand-Alf
6

Des étoiles plein les bottes.

Posant momentanément ses caméras en Angleterre, le cinéaste Richard Fleischer continue dans le sillage de "L'étrangleur de Boston" et "L'étrangleur de la place Rellington", s'attardant une fois de...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

1

Terreur aveugle
FrankyFockers
9

Critique de Terreur aveugle par FrankyFockers

Il faut s'arrêter deux secondes sur l'année 1971, année extraordinaire et incroyable dans la carrière de Fleischer, cinéaste qui l'est tout autant. Ce mec encore sous-considéré (même si c'est en...

Lire la critique

il y a 5 ans

7 j'aime

Terreur aveugle
Teklow13
8

Critique de Terreur aveugle par Teklow13

C’est une relecture très éloignée de Seule dans la nuit de Young, film médiocre au demeurant, dans lequel une aveugle, ici Mia Farrow, est confrontée à un tueur. Si le film n’évite pas quelques...

Lire la critique

il y a 9 ans

7 j'aime

La Mule
oso
5
La Mule

Le prix du temps

J’avais pourtant envie de la caresser dans le sens du poil cette mule prometteuse, dernier destrier en date du blondinet virtuose de la gâchette qui a su, au fil de sa carrière, prouver qu’il était...

Lire la critique

il y a 3 ans

80 j'aime

4

Under the Skin
oso
5

RENDEZ-MOI NATASHA !

Tour à tour hypnotique et laborieux, Under the skin est un film qui exige de son spectateur un abandon total, un laisser-aller à l’expérience qui implique de ne pas perdre son temps à chercher...

Lire la critique

il y a 7 ans

73 j'aime

15

Dersou Ouzala
oso
9

Un coeur de tigre pour une âme vagabonde

Exploiter l’adversité que réserve dame nature aux intrépides aventuriers pensant amadouer le sol de contrées qui leur sont inhospitalières, pour construire l’attachement réciproque qui se construit...

Lire la critique

il y a 7 ans

57 j'aime

8