Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Transport de fions

Avis sur Têtes vides cherchent coffres pleins

Avatar guyness
Critique publiée par le

Une douceur. Une sucrerie.
Un film de braquage (qui a réellement eu lieu, un des nombreux braquages du siècle, commis ici par une bande de bras cassés) mis en scène par Friedkin coincé avec "le convoi de la peur" entre "L’exorciste" et "Cuising", réunissant Peter Boyle, Warren Oates (tout simplement prodigieux le temps d’une scène magistrale), Paul Sorvino et le couple reconstitué d’une femme sous influence: Peter Falk et Gena Rowlands.

Détail piquant: la Brinks, protégée par ADT sont des entreprises qui se sont tellement bien remise de ce casse étourdissant, qu’elles officient toujours 65 ans après (et pas plus loin que dans l’entreprise dans laquelle je bosse, par exemple).

Une enfilade de dialogues délicieux, comme "j’ai passé une semaine de folie ici, une nuit" ou l’éternelle "je ne lui pisserai même pas sur la gueule si elle était en feu".

Dernier fun fact savoureux: une ou deux bobines furent dérobées à la fin du tournage, et une rançon fut demandée (600 000 dollars tout de même). Friedkin pria les ravisseurs de garder la pellicule, de récupérer un projecteur et d’apprécier les scènes, et monta le film sans jamais récupérer le matériel volé.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 322 fois
25 apprécient · 1 n'apprécie pas

guyness a ajouté ce film à 7 listes Têtes vides cherchent coffres pleins

Autres actions de guyness Têtes vides cherchent coffres pleins