Un immense merci à Guillaume Nicloux et bravo à son équipe pour cette entrée magistrale dans l'histoire du cinéma.


Ce film est doublement idiot, et là repose le génie.
Idiot dans le sens mystique : Houelleby et Gérard qui conversent métaphysique et ne se comprennent pas, qui boivent et fument, balancent des insanités d'un ton badin. Si l'on coupe leurs scènes, cela donne l'un des meilleurs "strip tease" jamais vus (salutations à nos amis belges).
Idiot dans le sens débile tout court : l'intrigue qui entoure les deux maîtres. Ginette est partie et son mari Dédé fait une dépression. Le fils Mathieu et sa copine voyante rendent visite à Michel pour lui demander de l'aide. Les acteurs sont NULLISSIMES, de l'inouï !


Au milieu de cette histoire insane, Depardieu joue sa partition avec brio, épaulé par un Houellebecq très juste. Toutes les franges de la population sont représentées : le Juif, le Noir (avec un strabisme), le vieux raciste, le fils autoritaire, la zouz aux super-pouvoirs, le Gros, le Dépressif, le Malade du coeur (non interprété par Grand Coeur Malade ndlr), la vieille de 80 ans qui dégote un gars de 40 ans plus jeune (performance mathématique : il a 40 ans de moins... et a 40 ans en soi : COMPLETEMENT CRAZY !!)
La salle est remplie de gens de droite qui rigolent au premier degré, et l'on rit, l'on rit. Ils rigolent dès qu'ils entendent "bite", et ça y va. Depardieu dit "connards", "merde", "c'est que des conneries" toutes les deux minutes, de la poésie urbaine.


Deux passages fastes pour vous inciter à prendre vos tickets :
* un client de la Thalasso qui confond Houellebecq avec... Yann Queffélec (là j'étais sous le siège de rire)
* le même client qui va taper aux portes de nos héros puis part en courant. Depardieu qui commente dans le couloir "j'étais en train de chier et ce connard qui toque" (re- sous le siège).


Merci, merci, merci pour ce moment, j'y retourne dans la semaine.


Vive le cinéma français !!!!

Faust-In
10
Écrit par

Le 26 août 2019

6 j'aime

2 commentaires

Thalasso
dagrey
8
Thalasso

"J'apprécie de moins en moins le 69, je n'arrive plus à agir et ressentir en même temps*..."

Cinq ans après les faits de l'enlèvement de Michel Houellebecq, l'écrivain se trouve en thalassothérapie sur les cotes normandes. Appréciant peu le régime qui lui est imposé, il retrouve dans...

Lire la critique

il y a 3 ans

22 j'aime

3

Thalasso
PierreAmo
9
Thalasso

Sylvester Stallstoner movie. Bloqués. Purgés au purgatoire. Extrêmités congelées.

(juste une liste de remarques aide-mémoire publiées 06/10/21) _____Très amusant et déstressant. _____Dans le film 'Docteur Apfelglûck', les auteurs nous apprenaient qu'on ne peut pas dire de gros...

Lire la critique

il y a 10 mois

15 j'aime

20

Thalasso
ffred
9
Thalasso

Critique de Thalasso par ffred

Très curieux de voir ce nouveau film de Guillaume Nicloux, réalisateur à la filmographie inégale mais intéressante, du très mauvais (Le concile de Pierre) au bien meilleur (La religieuse, La clef,...

Lire la critique

il y a 3 ans

11 j'aime

7

Passion simple
Faust-In
2

Nanar confidentiel

C'est un (pas) beau roman, c'est une (pas) belle histoire [chantez avec la voix de mamie Erneaux qui terrorise des élèves de fac lors d'un cours intitulé "la mort de la littérature" et dont la...

Lire la critique

il y a 12 mois

9 j'aime

2

L'Homme qui tua Don Quichotte
Faust-In
5

Much ado about something

Quelques tours de la Manche nous font passer du réel à l onirique, au délire. Les aller-retour entre film passé et carnage présent donne un souffle intéressant au scénario, entre rêve vendu et pots...

Lire la critique

il y a 4 ans

7 j'aime

Thalasso
Faust-In
10
Thalasso

CULTISSIME nanar

Un immense merci à Guillaume Nicloux et bravo à son équipe pour cette entrée magistrale dans l'histoire du cinéma. Ce film est doublement idiot, et là repose le génie. Idiot dans le sens mystique :...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

2