👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

C’est un film d’une noirceur palpable telle qu’on la retrouve dans les films scandinaves comme la saga Millénium qui à eu l’honneur d’avoir son remake américain avec David Fincher. Dès l’introduction, le malaise va s’installer dans l’esprit du spectateur. La voix-off contraste avec ce que l’on voit à l’écran. Ensuite, on bascule directement sur le héros qui se rend sur la scène d’un crime odieux. Le réalisateur veut malmener le spectateur comme il va le faire pour son personnage principal tout au long du film.

Ici, nous retrouvons un inspecteur de police, Nick Cafmeyer, qui enquête de manière peu orthodoxe pour réussir à mettre la main sur le responsable d’une telle monstruosité. En même temps, lorsqu’on voit ses coéquipiers travailler, on comprend qu’ils n’ont pas la rigueur professionnelle de ce dernier ou qu’ils ont d’autres ambitions. Pendant son enquête, il va se retrouver en face de personnes peu recommandables qui vont l’obliger à souiller son âme pour découvrir la vérité.

Hans Herbots instaure une ambiance glauque ainsi qu’une tension permanente durant tout le film pour terminer sur un final bien dérangeant et dégueulasse, notamment en versant dans la violence gratuite. Au moment du générique, j’ai été un peu secoué et même surpris. En effet, des spectateurs ont applaudi après avoir découvert la scène finale glaçante juste avant le fondu noir.

Or, après la surprise disparue, la révélation de certaines fausses pistes fragilise la cohérence de certaines scènes vues avant. Ou alors il s’agit vraiment de montrer l’incompétence de la police dans ce type d’affaire. Le scénariste a mis de côté une certaine logique pour provoquer un effet de surprise à des moments clefs du film. Cela fonctionne sur le moment mais je suis resté dubitatif quant à la cohérence du tout (notamment sur une scène ou deux… au moins!).

The Beast est un film intéressant parce qu’il nous amène dans un univers sombre et malsain dans lequel on est heureux de le quitter lorsque les lumières de la salle se rallument. Il ne va pas révolutionner le genre mais il reste efficace pour une première vision. Mais pas forcément pour une deuxième !

Hawk
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes T'es sûr que le film est sorti au ciné ? et Tickets de Cinéma 2016

il y a 6 ans

6 j'aime

The Beast
dagrey
9
The Beast

Critique de The Beast par dagrey

"The Beast" est le dernier film de Hans Herborts. Cette fois, l'auteur s'attaque au sujet de la pédophilie infantile et des crimes qui y sont liés, portant à l'écran "L'homme du soir" de Mo Hayder...

Lire la critique

il y a 6 ans

9 j'aime

7

The Beast
Skindred
10
The Beast

Monstrueux

Lundi 4 juillet 2016, 20h40, je me décide à piocher dans ma liste d'envies sur SC. Pour chopper la perle rare, je fais confiance à mes éclaireurs et en particulier Mimosa022 qui à chaque fois, fait...

Lire la critique

il y a 6 ans

8 j'aime

9

The Beast
Eylork
4
The Beast

Trop de psychologie tue la psychologie

Contrairement à la plupart des membres ayant noté ou commenté ce film, je n'ai pas été convaincu. L'histoire, pourtant originale, tombe rapidement dans le schéma classique de l'inspecteur qui...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

Alien: Covenant
Hawk
5

Alien Covenant : un film hybride !

Après Prometheus, Ridley revient avec une suite que personne n’attendait vraiment. Pile au moment où l’Alien 5 de Blomkamp est tout simplement abandonné. Triste nouvelle pour les amateurs de la...

Lire la critique

il y a 5 ans

35 j'aime

Hudson Hawk, gentleman et cambrioleur
Hawk
9

Critique de Hudson Hawk, gentleman et cambrioleur par Hawk

J'ai eu un gros coup de coeur pour ce film comique de Bruce Willis, en Arsène Lupin U.S. dans un contexte contemporain. Un film réalisé comme un cartoon qui ne se prend jamais au sérieux, tout en...

Lire la critique

il y a 11 ans

35 j'aime

30

LEGO Batman - Le Film
Hawk
8

Un Batman coloré qui dynamite son univers avec beaucoup d’autodérision.

Suite au succès de La grande Aventure Lego, Batou a droit à ses propres aventures où il parodie tout son univers depuis ses origines jusqu’à aujourd’hui. Tout y passe de la série des années 1960,...

Lire la critique

il y a 5 ans

34 j'aime

15