👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

drame nippon esotérique et appuyé sur la cohérence des mondes

Là où Rodriguez et Tarantino avaient su créer des hommages réussis aux films de série Z avec leur programme Grindhouse, Big tits zombie échoue lamentablement.
On retrouve pourtant une volonté de se comparer aux deux maitres, notamment dans l'utilisation d'effets de rayures ou de sauts sur la pellicule, ainsi que de certains soucis toujours sur pellicule que je n'ai jamais rencontré lors de projections au point que je me demande dans quelle mesure ils n'ont pas été inventé... Enfin passons ce n'est pas bien important ou intéressant! L'une des actrices principales va plus loin dans l'hommage en portant une version miniaturisée (entendez par la un mini short et ce qui peut ressembler à un tout petit haut) du costume de la mariée dans Kill Bill. On peut aussi ajouter de nombreux éléments mexicains dont pas mal de mexicains japonais (!!!!!!!!?)

Il se trouve d'ailleurs que les combats ne sont pas bien originaux, appuyés par des effets spéciaux peu évolués et une mise en scène loin d'être recherchée. Je me suis senti un peu comme en face du combat en noir et blanc du premier Kill Bill sauf que là, ce n'était pas une volonté du réalisateur je présume.

Disons que la nouveauté de ce genre de film de zombie va se limiter aux petites tenues portées par les comédiennes qui sont aussi bonnes actrices que je suis bon pilote de ligne. Je me suis lancé dans le visionnage de ce pan du cinéma de genre pour me donner une idée de ce à quoi pouvait ressembler ces films mais j'ai bien peur que l'on ne m'y reprendra plus, ou alors lors d'une soirée nanars!

Le réalisateur prend en plus le droit de citer le maitre Leone lors du lancement du film... J'ose l'imaginer s'il était encore en vie, se demandant pourquoi. Oui juste pourquoi? POURQUOI? parce que bon, sensiblement on ne sait pas bien!


bigfoot
1
Écrit par

il y a 11 ans

1 j'aime

The Big Tits Dragon
Bakamaru
7

Le titre que c'est du gros mytho mais que c'est pas grave...

Tu vois Sola, pas besoin de te foutre entièrement à poil pour divertir le monde. Une tronçonneuse et un accoutrement de cow-girl, ça le fait aussi.

Lire la critique

il y a 11 ans

3 j'aime

The Big Tits Dragon
MielisTepes
7

Fais passer.

Un inconnu a détenu ce DVD, qui l'a donné à un tel, qui l'a donné à un pote, qui l'a donné à un pote, qui l'a donné à mon copain qui l'a donné à un pote qui l'a donné à un pote... Bref, le titre de...

Lire la critique

il y a 9 ans

3 j'aime

3

The Big Tits Dragon
Bastion
4

GEORGES BATAILLE AU PAYS DU NANAR LEVANT (voyage au bout du nanar 20)

Takao Nakano, le réalisateur de "The Big Tits Dragon", nanar zombiesque très rigolo, a visiblement deux passions dans la vie : les nibards et... les belles lettres ! Les nibards renvoient à la...

Lire la critique

il y a 7 ans

2 j'aime

2

La Grande Évasion
bigfoot
10

captain hilts

En 1963 le cinéma populaire américain se découvre une deuxième jeunesse grâce aux talents conjugués de grands noms du 7ème art. "La grande évasion" est, à mes yeux un film coup de poing. C'est à dire...

Lire la critique

il y a 10 ans

16 j'aime

10

Tout est illuminé
bigfoot
10

"illumination is the realisation number one"

Citer Gogol Bordello en titre de cette critique n'est pas anodin, en effet, quoi de plus justifié que de rendre hommage au fabuleux groupe d'Eugene Hütz tant ce film est gypsy punk. Commençons donc...

Lire la critique

il y a 11 ans

13 j'aime

4

Les Sept Mercenaires
bigfoot
9

ballade en cuir moustache pour cow boy viril

Nous sommes en 1959 quand ce remake américain des sept samouraïs de tonton Kurosawa est tourné. Derrière la caméra, ni plus ni moins que le doué John Sturges qui se trouvait être à l'époque connu...

Lire la critique

il y a 11 ans

12 j'aime

2