Avis sur

The Box par l'homme grenouille

Avatar l'homme grenouille
Critique publiée par le

Il faut l’avouer, mise à part la première minute d’introduction, ce "The Box" de Richard Kelly démarre assez poussivement, si bien qu’on se demande assez vite si l’auteur des remarquables "Donnie Darko" et "Southland Tales" n’a pas perdu de son inspiration et de son souffle. A dire vrai, il faudra attendre la moitié du film pour que celui-ci daigne enfin nous contredire. Sûrement Richard Kelly se souvenait-il que "Southland Tales" s’était planté à cause de sa démarche trop radicale dans laquelle beaucoup avaient perdu pied. Ainsi faudra-t-il se frotter à une mise en scène très plate au début, brodée qui plus est de scènes fonctionnelles très plates et de nombreuses redondances… Mais au fond, l’attente n’a pas été inutile ; tout d’abord parce que cette première heure est l’occasion de poser progressivement la toile de fond de cette intrigue : c’est-à-dire une admirable atmosphère digne des vieux films de science fiction des années 70. Tous les ingrédients y sont : du sentiment d’oppression face à une conspiration invisible jusqu’à l’amalgame de fascination et de crainte que créée l’avancée des connaissances humaines (sans oublier les vieux papiers peints collés aux murs !) Dès lors, ce "The Box" nous emmène dans un univers aux accents lynchéens des plus envoûtants, sachant brasser sa part de mystère et d’irrationnel (la scène de la bibliothèque est d’ailleurs à ce titre un fleuron en la matière : un moment tout à fait remarquable). Dommage d’ailleurs que Kelly ne parvienne pas à tenir le cap de l’indicibilité jusqu’au bout, car sa retombée finale dans un mélo des plus banals nous gâche quelque peu l’état de grâce dans lequel le film avait su nous hisser. Mais ne nous leurrons pas pour autant : même si on regrette que Richard Kelly ait peaufiné l’apparence de sa boîte en oubliant de la remplir complètement, celle-ci n’en reste pas moins un trop beau travail d’orfèvre pour qu’au final on ne risque pas de s'y frotter...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 102 fois
1 apprécie

Autres actions de l'homme grenouille The Box