Entre pluie et béton, la vie est une pute.

Avis sur The Chaser

Avatar Petitbarbu
Critique publiée par le

The Chaser Ost, pour lire en musique. Spoil caractérisé tout au long du texte.

La vie est une chienne.
Impitoyable, elle te cloue au béton amer, te fracasse contre le bruit du bitume. Elle te brise, te relève pour mieux te broyer.

Non. La vie est une pute
Elle te fait cracher les dents sur le trottoir pour que tu raques, elle se laisse caresser avant de t'assener un coup de surin dans les reins.
La vie est une pute et ça Jung-ho l'apprend à la manière forte. À coups de club de golf dans la tronche, à coups de poing, à coups de marteau, à coups de pied.

La vie est une pute qu'il ne faut pas malmener.
Parce que au début de notre histoire, Jung-ho n'est pas tout blanc. Proxénète antipathique, injurieux, violent, il force la main de ses filles qui disparaissent. Le monde est contre lui, il tempête, il fulmine.
Un type les attrape, les vend ?
Lui, il oblige Mi-jin à prendre un client. Et elle, elle a une vie à côté. Mais, lui, il s'en cogne. Elle est malade ? C'est l'argent qui compte. Et sa gamine ? Rien à faire, il sait même pas qu'elle existe. Alors pourquoi il s'en foutrait, lui ? Mais voila, la fille disparaît, alors il enquête. L'instinct, il était flic, lui. Et il a le doigt qui se prend dans l'engrenage

Alors la vie s'emballe et va à cent à l'heure.
Et il court après le tueur, il court après le temps qui défile, les secondes qui s'étirent et filent, happées par la nuit que perce de temps à autre la lumière jaunâtre des lampadaires.
Il court pendant vingt quatre heures sans s'arrêter pour rattraper sa conscience, ses erreurs, pour s'amender auprès de la gamine aux grands yeux tristes, à l'esprit si vif. Elle avait déjà compris, elle, la première fois qu'il sont venus dans son chez-elle, ce qu'il était advenu de sa maman. Mais lui il s'accroche, désespérément. Sous le masque pointe l'humain qui s'inquiète et s'émeut. Il pleure même. C'est trop tard ?

Et la vie est une pute qu'a de la suite dans les idées.
Rien ne va, quand la police tabasse au lieu de faire la chasse, fait tout à l'envers, tout va de travers et plus rien ne se passe. Le tueur se joue d'eux. Mi-jin est vivante, mais pour combien de temps ? Le temps qu'il soit libéré. Alors la police court. Alors Jung-ho court. Mais tout reste flou et le tueur s'enfuit devant.

La vie est une pute qu'il faut toujours payer.
Pourquoi tue t-il, ce tueur décérébré ? Cisaille t-il à quelque dessein ses victimes au marteau et au burin ? Est-il juste fou ? Pourquoi tout ne va pas au mieux dans le meilleur des monde ?
On s'en fout du pourquoi, le résultat est là. Rien n'arrive à temps, malgré la lutte enragée de la fille martyre, laissée pour morte qui se retrouve découpée, défoncée, immergée dans un aquarium à nourrir les poissons. Et Jung-ho arrive, comprend, trop tard, se bat de la plus féroce des manières, enragé.
Mais qu'il se venge ou non, qu'importe finalement. Il finit en face à face avec celle qu'il a précipitée vers la mort, face à face avec sa culpabilité. La vie l'a damné...

La vie est une pute, mais l'humain garde espoir.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 530 fois
20 apprécient

Petitbarbu a ajouté ce film à 4 listes The Chaser

Autres actions de Petitbarbu The Chaser