Film satanico-gauchiste? L'Exorciste mais avec une ado? L'amour guérit-il tout? Tueur ou Bourreau?

Avis sur The Dark

Avatar PierreAmo
Critique publiée par le

Mon justicier est un démon…

"Les zombies sont nos amis, il faut les aimer aussi?"

Un film surprenant dont les résumés en disent déjà trop.
Résumé approximatif: La fille de L'Exorciste est enfin sortie de son lit. Et comme Sylvain Tesson, elle s'est isolée en forêt comme artiste dessinatrice...

"And it makes the character more relatable, and you end up rooting for someone that isn't necessarily always wonderful."
"On peut mieux s'identifier au personnage, et on finit par s'attacher à quelqu'un qui n'est pas toujours merveilleux".
"Nous comprenons qui est l'autre…" dit un album d'un Julien Gasc en 2020 dans justement "L'appel de la forêt".

Est-ce un film satanico-gauchiste? L'Exorciste mais avec une ado plus âgée?
L'amour guérit-il tout? Le démon est-il un Tueur ou un Bourreau?
Un film qui ouvre l'esprit. On a peut-être été trop durs avec les démons... Trop obtus. On vit après tout dans des sociétés désormais multiculturelles et comme dit Bernie dans... Bernie de Dupontel:

"Faut ouvrir les bras"

Faut apprendre à accepter l'autre dans sa différence et voir les choses de sa perspective.
Les démons sont nos amis aussi, il faut les aimer aussi.
Il faut peut-être les comprendre. Faire un pas vers eux.
**

C'est "d'ailleurs aussi notre haine et vices qui les rendent hargneux" nous dit le film.

**

Je vois, moi, par exemple, j'avais une teckel, ben, elle me mordait pas...mais si tu la cherchais, ou étais injuste avec elle...elle grognait comme la fille de L'Exorciste. Comme les cheminots (selon RTL), elle grognait. Dans The Dark, elle grogne.
Le film 'L'Exorciste' a décidemment possiblement "blasphémé" contre les démons. Leur réputation a été entamée et image caricaturée.
Justin P. Lange (bobo barbu à lunettes) nous propose sa version de la Possession.(Grâce à imdb j'apprends qu'il a d'ailleurs participé au bon film qui apprenait aux conservateurs une autre image de leurs 'chômeurs zombies Anglais': ('On a clear day/Une belle journée' avec Brenda Blethyn et Peter Mullan).

En gros, il faut comprendre qu'il y a le bon et le mauvais démon.
Quasiment tous les personnages sont pires que le démon dont on ne veut finalement plus la mort.
Un des mes trolls ne me croira encore pas mais j'ai commencé le film sans rien savoir sauf qu'il était un possible film d"horreur" selon le genre donné par mon fournisseur VOD. Et au début, j'étais en terrain connu.
Comme dans Psychose, on suit un personnage en voiture qui demande son chemin puis comme dans Psychose se révèle un délinquant: en 1960, c'était une voleuse, en 2020, ce n'est plus un crime assez grave pour esbaudir le client, alors en 2020, le délinquant est un pédophile tortionnaire.
En 1960, la voleuse tombait sur un jeune homme soumis à sa mère, en 2020, le dégénéré pervers déviant tombe sur une jeune fille soumise à sa mère ..."qui suce des bites en enfer" selon son maquillage.

Voilà un auteur qui veut peut-être croire

« que le Mal peut contribuer à faire émerger la justice sociale ».

Peut aider à châtier, à punir, à faire justice, à fesser les pédophiles...
Il veut faire sortir de leurs habitudes les vieux réac' (sic) qui auraient des idées arrêtées sur la satanisme et les démons. Nous faire envisager la complexité des phénomènes sataniques.
Nous ouvrir les yeux: nous en faire tomber les écailles. Nous les myopes du cul.

Trop longtemps le cinéma a sans doute été injuste avec les démons. L’alliance contre-nature d’une partie des artistes du cinéma avec un satanisme réactionnaire?
Il fallait sortir de cette logique victimaire du blanc massacré: dans 'The Dark' on peut enfin mieux s'identifier au démon/zombie, et on finit par s'attacher. Je pense à la scène (dont je reparlerai) où la pauvre se retrouve menacée d'un fusil…

ah non! tuez pas l'ado démon (pléonasme?) quand elle est sur la voie de la rédemption

Assiste-t-on à une certaine « décomposition intellectuelle d'une certaine partie des réalisateurs »? qui ne voient plus les démons comme méchants , mauvais ou sataniques?
Se battent-ils désormais contre le rejet des démons? Sont-ils des satanico-gauchistes? (merci wiki pour certaines citations) ^^

Dans Psychose et The Dark, les délinquants terrestres rencontrent pire qu'eux ou leur double démoniaque.

Un démon qui tue un pédophile qui a aveuglé sa proie qu'il tient prisonnier des années serait-il moins un démon pour autant?

Nous sommes amenés pernicieusement à presque être reconnaissant envers le démon tueur, qui devient plus bourreau que tueur, exécutant une con-damnation.

Notre démon prend sous son 'aile' protectrice la victime d'un pédophile et l'emmène en randonnée.
Nos randonneurs nous rappellent ceux de Gerry de Gus Van Sant.

La souplette, la bonne souplette! rââââ rRRRRrrrrRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRââââââââââaaaaaaaaaaaaaRRRRRâââââââ::

Où on nous amène à avoir des sentiments pour un démon.
A même craindre pour lui: scène démente où le pauvre démon a faim et s'étonne de trouver une

bonne soupe chaude

sur le feu et où un fusil apparait alors dans son dos, filmé dans le plan façon FPS et Doom (Doom, justement) .
Et on craint alors pour le démon alors que le fusil est tenue par une innocente mamie dont on vient même d'entendre la voix de la fille inquiète à son sujet…

Comme notre Zombie, beaucoup de personnages sont pourris aussi:

_Un humain blanc fait des délits de fuite après avoir écrasé un innocent.
_Mais l'écrasé n' était pas totalement innocent car ce blanc avait pris photo des meurtres sans aider les victimes, une fratrie …
_Deux frères qui eux-même n'étaient qu'après une récompense.

Bref, le démon tue un pédophile, tue des cupides égoïstes obsédés de réseaux sociaux....
entouré d'un réseau de pédophiles (le téléphone) et de braves gens qui font des délits de fuite.

Comme Dupontel passant le bac, je fais une conclusion comme s'il y avait eu un plan quelconque dans mon texte:
_"en conclusion", le film nous dit que les démons ne sont donc pas si démons que cela.
Et il nous invite donc à nous regarder dans une glace. Donc.
...ah, j'oubliais, il nous dit aussi que:
_ "l'amour peut nous aider à lentement guérir de tout, voire même de la pire gangrène mortifère décomposante..." (Ce en quoi il n'a pas trop tort, trêve de lourde plaisanterie).

(nb.:
1) une ado démon...pléonasme? soudainement, je me demande si c'est un papa fatigué qui a écrit le scénario? ^^
2) au sujet de l'amour plus fort que tout chez les zombies, j'avais aimé le méconnu petit film, Colin, randonneur aussi En Marche qui se révèle, lui, motivé par l'amour même au-delà de la mort).

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 662 fois
14 apprécient

PierreAmo a ajouté ce film à 4 listes The Dark

Autres actions de PierreAmo The Dark