Avis sur

The Dark Knight - Le Chevalier noir par Jethro Paris

Avatar Jethro Paris
Critique publiée par le

"Batman" n'est plus un comic. Le film "The Dark Knight" de Christopher Nolan est un film hanté qui saute au-delà de ses origines et devient une tragédie captivante. Il crée des personnages qui nous tiennent à cœur. C'est à cause des performances, de la mise en scène, de l'écriture et de la qualité technique exceptionnelle de toute la production. Ce film, et dans une moindre mesure "Iron Man", redéfinit les possibilités des films de comics.

"The Dark Knight" n'est pas un récit simpliste du bien et du mal. Batman est le bien, certes, le Joker est le mal, d'accord. Mais Batman pose un casse-tête plus complexe que d'habitude: les citoyens de Gotham City sont en ébullition, le qualifiant de justicier et le blâmant pour la mort de policiers et autres. Et le Joker est plus qu'un méchant. C'est un Méphistophélès dont les actions sont conçues pour poser des dilemmes moraux à ses ennemis.

La performance clé dans le film est tenu par Heath Ledger, en tant que Joker. Va-t-il devenir le premier lauréat d'Oscar posthume depuis Peter Finch? Son Joker tire son pouvoir de l'inspiration actuelle du personnage dans le classique silencieux "The Man Who Laughs" (1928). Son maquillage de clown plus négligé qu'avant, son ricanement trahissant de profondes blessures, il cherche à se venger, dit-il, de l'horrible châtiment que son père lui a infligé quand il était enfant. Dans un plan diabolique vers la fin du film, il invite deux ferries chargés de passagers à faire sauter l'autre avant qu'ils ne se fassent sauter. Tout au long du film, il conçoit des situations ingénieuses qui obligent Batman (Christian Bale), le commissaire Gordon (Gary Oldman) et le procureur Harvey Dent (Aaron Eckhart) à prendre des décisions éthiques impossibles. À la fin, tout le fondement moral de la légende Batman est menacé.

Parce que ces acteurs et d'autres sont si puissants, et parce que le film ne permet pas à ses effets spéciaux spectaculaires de bouleverser les humains, nous sommes surpris de voir à quel point le drame nous affecte profondément. Eckhart fait un travail particulièrement bon en Harvey Dent, dont le personnage est transformé par un destin horrible en un monstre amer. Il est d'usage dans un film de comic de savoir garder une certaine distance avec l'action, de tout voir à travers un écran sophistiqué. "The Dark Knight" glisse autour de ces défenses et nous engage.

Oui, les effets spéciaux sont extraordinaires. Ils se concentrent sur les explosions et les catastrophes attendues, et ont des scènes de poursuite superbes et élaborées. Le film a été tourné sur place à Chicago, mais il évite les endroits familiers comme Marina City, le Wrigley Building ou le skyline. Les Chicagoois reconnaîtront de nombreux endroits, notamment La Salle Street et Lower Wacker Drive, mais le réalisateur Nolan ne fait pas de voyage. Il présente la ville comme un désert de gratte-ciel, et une séquence clé est placée dans la Trump Tower encore inachevée. À travers ces hauteurs, le Batman se déplace à l'extrémité de fils solides, ou parfois même en volant, en utilisant sa cape comme parachute.

L'intrigue n'implique rien de plus ou de moins que les tentatives du Joker d'humilier les forces pour le bien et de révéler l'identité secrète de Batman, pour montrer qu'il n'est qu'un frimeur et une arnaque. Il inclut Gordon et Dent sur sa liste de cibles et invente des trucs cruels pour jouer avec le fait que Bruce Wayne aimait autrefois, et qu'Harvey Dent aime maintenant, l'assistante du procureur. Rachel Dawes (Maggie Gyllenhaal). Les astuces sont plus cruelles qu'il ne le croit, car le Joker ne connaît pas l'identité de Batman. Heath Ledger a beaucoup de dialogues dans le film, et ce n'est pas la plupart des plaisanteries habituelles que nous connaissons bien: c'est psychologiquement plus complexe, décrivant les dilemmes qu'il a construit et expliquant ses raisons. Le scénario de Christopher Nolan et son frère Jonathan (qui ont d'abord travaillé ensemble sur "Memento") est plus profond et poétique que nous ne l'aurions cru.

Deux des personnages alliés sont cruciaux pour l'action et sont joués sans effort par les grands acteurs Morgan Freeman et Michael Caine. Freeman, en tant que génie scientifique Lucius Fox, est en charge du quartier général clandestin de Bruce Wayne, et fait une objection éthique à une méthode d'espionnage sur tous les citoyens de Gotham City. Sa position a des implications politiques actuelles. Caine est le fidèle majordome Alfred, qui comprend Wayne mieux que quiconque et décide d'une lettre cruciale.

Nolan a également dirigé le précédent, et excellent,"Batman Begins" (2005), qui était plus détaillé que jamais sur les origines de Bruce Wayne et les raisons de ses compulsions. Maintenant c'est au tour du Joker, bien que son passé soit entièrement géré par le dialogue, pas par des flashbacks. Il n' y a aucune référence à l'enfance de Batman, mais nous nous en souvenons certainement, et nous nous rendons compte que ce conflit est entre deux adultes qui ont été tordus par la cruauté de l'enfance - l'un compensant en essayant de faire le bien, l'autre en essayant de faire le mal. Peut-être qu'ils le comprennent instinctivement eux-mêmes.

Quelque chose de fondamental semble se produire dans les royaumes supérieurs des films de comics. Spider-Man II "(2004) a peut-être défini le point culminant du film traditionnel basé sur les héros de comics. Un film comme le nouveau "Hellboy II" permet à son réalisateur de laisser libre cours à ses visions fantastiques. Mais maintenant "Iron Man" et encore plus "The Dark Knight" déplacent le genre dans des eaux plus profondes. Ils se rendent compte, comme le font instinctivement certains lecteurs de comics, que ces histoires touchent à des peurs profondes, des traumatismes, des fantasmes et des espoirs. Et la légende de Batman, avec ses origines dans le film noir, est la plus féconde à explorer.

Dans ses deux films de Batman, Nolan a libéré le personnage pour qu'il soit une toile de fond pour une plus large gamme d'émotions humaines. Car Bruce Wayne est un homme profondément troublé, qu'il n' y ait aucun doute, et si jamais en exil de son rôle héroïque, je ne serais pas surpris de ce qu'il est capable de faire.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 316 fois
6 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Jethro Paris The Dark Knight - Le Chevalier noir