Advertisement

The Dark Knight Surprises

Avis sur The Dark Knight Rises

Avatar Camden
Critique publiée par le (modifiée le )

J’aurais mis du temps à digérer ce Dark Knight Rises avant de pouvoir en parler dignement (oui enfin, rassurez-vous, le troll, les références obscures et le style lourd sont bien là).

Contrairement aux deux précédents opus que j’avais appréciés, celui-là m’a enthousiasmé. À contre-courant sur ce coup-là, j'étais un peu passé à côté du deuxième et n’attendais trop rien de ce troisième opus. Que du coup j'ai apprécié outre-mesure sans doute...

Amateur éclairé de l’univers Batman (enfin j'aimerais le penser), je trouve déjà que cet épisode assure en fan service. Tout ce que les "initiés" avaient détecté dans la bande-annonce s’y retrouve. C’est presque plus grisant de voir tout un coup à l’avance que de se faire surprendre par un twist. Ce qui est plutôt un tour de force...

Et puis, aussi, j’ai compris grâce à cet épisode ce qui ne m’avait pas emballé dans le précédent. En fait, les méchants fous, c’est un peu has been. James Holmes ? So 2008. C’est fini l’Amérique post-11 septembre. Maintenant, c’est l’Amérique en crise qui souffre toute entière, le nihilisme qui s’instille dans les cœurs et dans les poings. En cela, j’ai cru à Bane. À la fascination que provoquent ses yeux, à ses sketchs grandiloquents, à ses silences qui le rendent humain.

Fini le monstre décérébré du comics, bienvenue à un Hardy au charisme fou et aux « Je vais te briser » qui glacent le sang. Bienvenue aussi à un Bale plus Howard Hughes que jamais, à un Caine et un Freeman touchants d’émotion brute, à des policiers qui sont les vrais héros (Oldman enfin employé et Gordon-Levitt fascinant), à une Catwoman plus Arsène Lupin que Michelle Pfeiffer (et c’est pas plus mal, difficile d’égaler un tel modèle), à une Marion Cotillard toute simple à en faire vomir les bobos (j'avais prévenu que je trollais)…

Ce que je remarque quand j’écoute les critiques de mes amis ou que je lis SensCritique, c’est que beaucoup de personnes relèvent des soucis de réalisme. Alo, ui cer bateman ! Un homme chauve-souris. On s’en fout pas mal du réalisme. Ce qui compte c’est la cohérence (et c’est plutôt bien de ce côté-là, le film liant les deux autres épisodes) et le respect de l’esprit comics (une bombe avec un compte à rebours : YUMMY). J’en vois aussi qui pleurnichent à cause des ellipses temporelles : on s'en fiche. Ce qui compte, c’est la réaction des personnages dans des situations données, pas la chronologie des dites situations.

Alors oui, il y a des fautes de goût : l’Épouvantail qui juge à la place de Double-Face, des scènes d’action pas toujours (ou toujours pas) tip top, le vol des décors de The Fall… La musique ? Je ne sais pas. Sans doute puisqu’elle ne m’a pas marqué. Mais c’est du détail tant ce Batman est audacieux (des thèmes pareils dans un blockbuster !), riche (la fin ouverte), respectueux (tout en ayant son style) et bien fichu. Ma seule vraie réserve : si Catwoman est très bien, j’ai eu du mal à croire à sa romance avec Wayne. J'aurais aimé un truc plus couillu, voire surprenant, là on sent que la production a imposé le truc...

Je demanderai bien un 4 mais comme à chaque fois qu’un nouvel opus sort, il y a un malheur qui participe à la légende… j’ai envie de m’abstenir.

Et enfin, une phrase finale que j’aurais pu mettre en capslock pour vous énerver mais c’est pas le but : le meilleur épisode de la trilogie, le retour de Nolan.

(Je sens que j'en ai pour 15 ans à expier cette critique)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 642 fois
5 apprécient

Camden a ajouté ce film à 31 listes The Dark Knight Rises

Autres actions de Camden The Dark Knight Rises