The Hobbit unrated version

Avis sur The Descent

Avatar zombiraptor
Critique publiée par le

La Comté, de nos jours.

Six femmes en quête d'aventures pour meubler leur mornes vacances d'expériences nouvelles à raconter, partent sur la route de Hobbitebourg, dans une vallée lointaine, par delà la Terre du Milieu, le principal village de la comté, là où vivait jadis leurs icônes, les illustres hobbits Bilbon, Frodon, Sam, Pippin, Merry et beaucoup d'autres.

Mais le temps n'a pas épargné ces terres, et leur aventure les mènera sur le chemin d'une déception que trop désespérante, car cette contrée qui fut jadis si luxuriante n'est aujourd'hui qu'un tas de gravats et de pierres. Les formes généreuses et lumineuses de jadis ressemblent plus à un bout de Moria qu'à tout autre chose maintenant. Plus trace des pelouses verdoyantes au teintes si belles et riches, virant même parfois au vert fluo inquiétant quand Peter "Jaimeletoutnumérique" Jackson en donnait son interprétation dans ses vieilles images d'archives à l'aspect retouché qu'il dévoilera dans son célèbre documentaire sur ce peuple si attachant en 2001. Plus trace non plus des talus et collines, des trous et terriers, des portes rondes en noyers si finement taillées, plus trace des petits halls douillets si pittoresques et des salles à manger si garnies. Plus trace de civilisation. Pas même un squelette de hobbit qui traîne.

Mais il en aurait fallu plus que ça pour décourager nos six vacancières sur la route de la découverte et de la gloire, avides d'un retour aux douceurs de l'enfance. Un tas de cailloux, c'est quedalle. Après tout, on est en vacances, on peut s'éclater à s'enfoncer dans les entrailles de la Terre pour voir si on est claustro en pratiquant un des sports les plus dangereux qui soit. Et une fois dans les sous-sols totalement obscures, vu qu'on est en vacances, et qu'en vacances, aucun plaisir ne peut se refuser, on peut aussi prendre des chemins inconnus et s'aventurer loin de toute oreille, là où sous la roche, "personne ne vous entendra crier", c'est l'moment où jamais d'avoir du fun bordel. Pas de hobbits, ok mais un petit coté aventure quand même quoi. Pour rentabiliser l'essence.

Et là, c'est la découverte qui t'flanque un bon coup d'poing dans l'estomac. On apprend qu'en fait les hobbits sont toujours là, bien vivants, mais que Frodon n'a jamais jeté l'anneau dans les fournaises de La Montagne du Destin, il l'a ramené, d'un commun accord avec Sam et tous ses potes nabots. Gandalf s'est fait niqué et il a rien pigé. Les hobbits ont troqué toutes les saveurs de la vie qu'ils étaient bien les premiers à savoir déguster contre la puissance envoûtante d'un anneau qui ronronne. Et tout hobbitebourg est devenu un peuple souterrain, décharné, livide, sale, meurtrier, carnivore, une armée de créatures de l'ombre, tous, sans exception, ont suivi le chemin de leur proche cousin Sméagol, aujourd'hui oublié au fond d'un torrent de lave. Ils lui sont tous aujourd'hui très ressemblant, mais en nettement plus badass. Fini les chichis, fini les fioritures. Gollum pratiquait l'anthropophagie avec délicatesse, en fin gourmet, mais les hobbits de jadis, ces fiers hobbits au joues rosées et à la bouille réjouie font moins dans la dentelle aujourd'hui. A quoi sert-il de manger quand on peut baffrer ? Sauter sur sa proie en beuglant et la dévorer vivante, lui arracher les membres sans sommation, jeter les restes dans une énorme piscine souterraine de sang, d'ossements, et de déjections. Voilà contre quoi les hobbits ont troqué leur garde manger ventru d'antan. Ils ne s'emmerdent plus à tenir une conversation avec leur dîner comme Gollum, qui, même si on pouvait l'accuser de cruauté, ne pouvait en aucun cas être pointé du doigt comme n'ayant pas de principe ou de sens du jeu. Mais nan, aujourd'hui, Frodon n'est plus un frisé efféminé qui hurle "GANDALF!!!" dès qu'il trébuche sur une branche ou voit une araignée. Aujoud'hui, Frodon, il te défonce le crane pour boire ta cervelle.

Seulement à Hobbitebourg, depuis, y a plus grand chose à se mettre sous la dent, alors forcément, six débiles qui décident d'explorer les intestins caverneux de cette plaine hostile et glacée, ils vont pas cracher dessus les blafards affamés.

En tout cas, on voit ça comme on veut, mais dans un paysage de remakes, de reboots et d'énièmes préquels, ce film s'est avéré pour moi le meilleur film d'horreur du 21ème siècle pour l'instant. Entre grosse défoule et simplicité ultra efficace, avec des personnages (autres que Frodon et Sam hein) qui s'avèrent pour certains extrêmement charismatiques. Bref, j'adore ce film. Et j'me suis tellement auto-convaincu que j'vais lui mettre 8 et PAF.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 3906 fois
72 apprécient · 2 n'apprécient pas

zombiraptor a ajouté ce film à 13 listes The Descent

Autres actions de zombiraptor The Descent