Critique n°229: " J'ai pas le livre"

Avis sur The Descent

Avatar Bastien Rae
Critique publiée par le

Je pense que les films d'épouvante-horreur sont une des forces majeures du cinéma de nos jours, il y a énormément de production qu'elle soit grosse ou minime qui sorte ce genre de film. Et la plupart du temps, on a le droit a du vu et revu comme on dit. C'est donc avec un intérêt conséquent que je découvre The Descent qui, apparemment, sortirait du lot concernant ce genre de film et pour cause, c'est un des rares films du genre qui se déroule dans une grotte.

Qui dit grotte, dit obligatoirement une atmosphère pesante du début à la fin et surtout ne pas utiliser des lumières non naturelles ce qui s'avère être un grand défi pour l'équipe du film: Comme vous devez vous en doutez, le film n'a pas été tourné dans une vraie grotte car cela n'aurait tout simplement pas été possible malgré les moyens technique de notre belle époque. Donc, il a fallu à l'équipe du film, recréer des décors factices très ressemblant et les scènes ont été tourné dans des studios non éclairés par des néons et autres lumières.

Et pour récréer de tels décors, un nouveau défi s'est présenté pour les chefs décorateurs car le film ne possédant par un budget exceptionnel, ils ont dû opter pour la stratégie du recyclage des décors pour parvenir au résultat final qui est loin d'être mauvais. Donc, je dis bravo pour avoir réussi à rendre ce film crédible malgré un si petit budget.

Neil Marshall qui est le réalisateur du film a mis presque deux ans avant de terminer le scénario de The Descent et il envisageait d'abord de faire une comédie aux allures très sombres mais il se ravisa et choisi d'écrire un scénario plus sombre et plus violent collant plus avec l'atmosphère de son décor.

Neil Marshall a également tenu à ce que ces petites bestioles ne soient pas réalisé à l'aide des images de synthèse mais bien par des acteurs qui ont dû subir un maquillage de prêt de trois heures et demi rien que pour quelques prises. De plus, pour tenir ces actrices en haleine concernant les créatures, il ne leur a rien dévoile de l'apparence de ces créatures terribles ce qui est astucieusement joué de la part de Neil Marshall.

Donc, The Descent apporte différentes preuves concernant le cinéma de l'épouvante-horreur à commencer par le fait qu'un scénario bien mûri fera toujours meilleur effet qu'un scénario bâclé n'ayant aucun but réel. Il prouve aussi que petit budget ne rime pas avec échec commercial ou film raté. Neil Marshall réalise donc a bon coup de poker.

Neil Marshall a toujours voulu que des héroïnes prennent place dans son récit, il n'a jamais envisagé de mettre des personnages masculins. Ce soit est plutôt judicieux même si je pense que le doublage français ne participe en rien au plaisir du visionnage de ce film. Par contre, les actrices sortent une très bonne prestation même si on a du mal à les différencier à certains moments dans cette grotte tortueuse. Donc, un nouveau bon point pour Neil Marshall.

Pour finir, si je devais faire un reproche à ce film, c'est le fait qu'il n'utilise pas suffisamment le côté claustro de la grotte ce qui aurait donné une impression de terreur supplémentaire pour l'histoire car il y a des moments, on sent trop que le film n'est pas tourné en décor naturel.

The Descent n'est pas une pépite mais reste un des meilleurs films d'épouvante-horreur des années 2000 et reste inédit pour le décor choisi. Un honnête divertissement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 282 fois
1 apprécie

Bastien Rae a ajouté ce film à 2 listes The Descent

Autres actions de Bastien Rae The Descent