En route vers l'âge adulte

Avis sur The Diary of a Teenage Girl

Avatar Red Arrow
Critique publiée par le

En adaptant le roman graphique de Phoebe Gloeckner, Marielle Heller signe un très joli film, juste et attachant, qui traite certes d'un énième passage de l'enfance à l'âge adulte mais cette fois en se focalisant sur l'éveil sexuel d'une jeune fille de 15 ans embarquée dans une relation amoureuse avec son beau-père dans l'Amérique des 70's.
En effet, Minnie, une jeune fille mal dans sa peau et à l'imaginaire très riche va vivre une période de l'adolescence troublée dont elle ne possède pas les clés et où son désir d'être aimée à tout prix va se confondre avec la découverte de sa sexualité ainsi que du pouvoir que celle-ci engendre sur les hommes.

La première des qualités de "The Diary of a Teenage Girl" est de ne jamais juger ses personnages, les laissant évoluer en toute impartialité pour mieux éviter toute forme de manichéisme.
Le contexte "sex, drugs & rockn'roll" du San Francisco de l'époque ou le ton parfois léger du long-métrage dédramatisent quelque peu le côté contre-nature de cette relation qu'elle entretient avec son beau-père mais c'est surtout cette neutralité que le film s'oblige à avoir sur ses protagonistes qui prédomine et qui permet ainsi d'éviter tout jugement catégorique ou hâtif. La relation dominant/dominé entre les deux amants s'inversent souvent intelligemment, à un point qu'on ne sait plus qui utilise qui, et le film leur laisse le temps de se rendre compte mutuellement de leurs erreurs de parcours sans que notre point de vue de spectacteur n'ait à s'immiscer trop vite.

N'évitant toutefois pas quelques passages obligés dans la conduite de son récit, cette chronique initiatique a pour elle d'aborder de manière frontale les premiers émois sexuels d'une adolescente qui assume pleinement ses choix, ses erreurs et leurs conséquences avant d'atteindre le début d'une forme de maturité (une chose finalement assez rare dans le cinéma américain abonné au puritanisme, ce qui explique sûrement une bonne partie des critiques dithyrambiques de la presse US).
Le trio d'acteurs au coeur de "The Diary of a Teenage Girl" est tout simplement exceptionnel : Bel Powley est bien évidemment la révélation du film, parfait point de liaison entre l'enfance et l'âge adulte, Alexander Skarsgård dans un rôle ô combien difficile y apporte l'intelligence d'un jeu plein de nuances et Kristen Wiig livre une prestation tellement remarquable que l'on en vient à regretter que son personnage soit finalement si en retrait. On pourra juste peut-être s'agacer de quelques tics typiques de ce genre de films du cinéma indé US comme le procédé de ces dessins à l'écran nous dévoilant l'imaginaire naïf de l'héroïne, synonyme à la fois de sa passion pour les comics et de la forme si particulière du roman de Phoebe Gloeckner : amusants dans un premier temps, ils prennent plus l'allure d'artifices au fur et à des événements (le trip sous LSD par exemple) devenant un simple gimmick visuel qui n'apporte finalement plus grand chose à l'histoire.

Mais, rien que pour la fragilité et la vérité touchante qui émanent de cette période de transition vers la maturité, ce journal d'une adolescente mérite incontestablement que l'on s'y plonge.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 788 fois
2 apprécient

Autres actions de Red Arrow The Diary of a Teenage Girl