👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

A être condescendant autant adopter un point de vue...

Je ne savais pas trop comment aborder ce film, je n'ai pas lu le livre, c'est un biopic, genre qui me saoule quand il n'y a pas un bon cinéaste derrière tant il est juste explicatif, mais j'aime Franco, du moins en tant qu'acteur (passer de Spider Man à Spring Breaker c'est à souligner), je ne sais pas ce qu'il faut en réalisateur, puis un film qui peut expliquer le mystère qu'il y'a derrière The Room pourra au moins avoir ça, m'apprendre des trucs...

Même pas, le film est assez décevant tant il est convenu, la trame principale est celle d'une histoire d'amitié qu'on a vu mille fois, il n'y a pas d'intérêt, en plus Dave Franco lui est mauvais acteur.

La réalisation elle aussi est assez convenu, il y'a un vague côté film Sundance/documentaire/ production Apatow qui rend le tout assez incohérent dans sa forme. Alors ça se tient, ça sait même capter certains moments de jeu singuliers et les quelques scènes qui font explicitement référence au déroulé de The Room ont bien singé la singularité du navet cosmique.

Mais si la performance de James Franco est assez jubilatoire et que Rogen a l'air de s'amuser, James Franco semble avoir un regard condescendant envers Tommy Wiseau sans jamais expliquer pourquoi ou simplement assumer et adopter un point de vue. Parce que même si je peux avoir du mal avec ce côté "les vainqueurs du show-business font un film sur un perdant de ce même business", Wiseau peut apparaitre tellement antipathique que je m'en fout qu'il en soit ainsi, presque j'aurais aimé qu'il assume son mépris et qui ne serve aucun bon sentiment.

Le problème, c'est qu'à côté, ça ne traite relativement rien, à part l'engouement autour de The Room (et d'ailleurs l'humour se tiens plus par rapport aux situations cocasses qu'à l'écriture) et encore.
On a deux pauvres malheureux dialogues qui font références au passé mystérieux de Wiseau, pourquoi ne pas parler de ça?

C'est tellement plus interessant que cette amitié banale, pourquoi ne pas fouiller sur le fait que peut-être il y'a eu blanchiment d'argent, que Wiseau à genre 30 ans de plus que ce qu'il dit (que cache t'il ?), que The Room reflète peut-être le vécu de Wiseau et que donc sa réaction finale dans le film est beaucoup trop précoce, même si le but est de faire un condensé des réactions (encore un truc trop précoce dans ce film) des spectateurs et de l'évolution de Wiseau, parce que le semblent de sujet c'est le meme, le LOL quoi.

Mais au final à quoi bon, si on a vu The Room ça n'a que très peu d'intérêt à part pour Franco et Rogen, et si on ne l'a pas vu on ne va pas comprendre, et dans ce cas là autant voir The Room, qu'on retient peut-être plus que son biopic, même si c'est pour de mauvaises raisons...

Baybrick
4
Écrit par

il y a 4 ans

The Disaster Artist
Fry3000
3

Leave your stupid movie in your pocket

Il y a beaucoup de nanars que je préfère à The room, mais ce qui ne cesse de me captiver avec ce film, c’est tout ce qu’il y a autour, et surtout, le personnage improbable de son créateur, Tommy...

Lire la critique

il y a 4 ans

19 j'aime

4

The Disaster Artist
Moizi
5

Outre le fac-similé, c'est un peu vain

Si comme tout le monde j'ai découvert The Room il y a quelques années, avec ses répliques cultes, ma scène préférée étant forcément le « Oh, Hi Mark » (pas bien original), ça n'est de loin pas mon...

Lire la critique

il y a 4 ans

16 j'aime

1

The Disaster Artist
InterRidge
8

"I'm glad you liked my comedic movie"

Oui James/Tommy j'ai adoré ton film. En ce début d'année 2018, The Disaster Artist se hisse tout en haut de mes films préférés de l'année pour le moment pourtant, objectivement, c'est loin d’être le...

Lire la critique

il y a 4 ans

12 j'aime

2

Venom
Baybrick
1
Venom

Le Jamel Comedy Club

Pour ce pinacle de médiocrité super-héroique je me sens d'humeur généreuse et vais proposer non pas une mais trois visions de l'oeuvre, pour prononcer son amour qui ne sera jamais assez grand pour ce...

Lire la critique

il y a 3 ans

51 j'aime

18

Ouvrez les Guillemets
Baybrick
1

Malaise TV

Je n'ai jamais pu aimer Usul, sa posture, son ton, le caca qu'il raconte (je caricature un peu), mais là c'est clairement la pire chose qu'il ait put faire, franchement je vois pas trop comment on...

Lire la critique

il y a 4 ans

19 j'aime

1

À couteaux tirés
Baybrick
3

Déconstruction absconse

Ryan Johnson a très certainement de l’idée, ou du moins un début (même dans cette purge de Star Wars VIII). Seulement, de ce que j’ai vu, ses projets ont tendance à très vite avorter vers pas grand...

Lire la critique

il y a 2 ans

17 j'aime

7