Très prévisible et trop porté par un Song Kang-ho en roue libre

Avis sur The Drug King

Avatar Philippe Quevillart
Critique publiée par le

Usant d’à peu près tous les poncifs du genre, cette production Netflix au pays du matin calme, non dénuée de certaines qualités formelles, offrant à l’acteur hyper en vogue Song Kang-ho une totale liberté de parader et de trop souvent cabotiner, est tellement calibrée, qu’elle en devient tout ce qu’il y a de plus prévisible. Un vrai petit lexique pour consommateur de tous les clichés que peut véhiculer le cinéma sud-coréen de ces dix dernières années.

Ou quand la fameuse chaîne américaine tente de recycler toutes les cinématographies mondiales pour les donner à consommer à ses abonnés friands de découvertes exotiques.

Aussi bien dans sa narration, l’ascension et l’inévitable chute d’un baron de la drogue, que dans sa mise en forme, le réalisateur cite Scorsese, De Palma et à peu près tout ce qui a fait le grand cinéma de gangster, avec un certain panache, mais se prend souvent les pieds dans le peu de crédibilité qu’il donne à son personnage principal interprété par un Song Kang-ho un peu trop souvent en roue libre et qui a tendance à en faire des caisses.

C’est franchement pas mal, mais tellement prévisible.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 464 fois
5 apprécient

Autres actions de Philippe Quevillart The Drug King