Vivez toutes les émotions du cinéma avec Orange

Affiche The Firm

Critiques de The Firm

Téléfilm de (1989)

We come in peace, we live you in pieces...

Une fois de plus Alan Clarke dépeint la société anglaise avec un grand soucis de réalisme. Ici il dresse le portrait d'hooligans de l'époque, parfaitement intégrés socialement, une vie de famille, un job respectable, mais dominés par une envie plus forte de se mettre sur la gueule avec d'autres groupes de hooligans du coin... Gary Oldman, tu penses bien, est ici au service d'un rôle qu'il... Lire la critique de The Firm

18 1
Avatar Kenshin
7
Kenshin ·

Œil pour œil, dent pour dent.

C’est probablement le plus beau brulot qu’on ait vu sur le hooliganisme. Tranchant, sec, brutal. 67 minutes d’une fureur inédite. Il n’en faudrait pas une de plus tant l’uppercut est sans appel. Gary Oldman qui débute, à peine trente ans, incarne Clive Bissel dit Bex, père de famille et agent immobilier dans une banlieue de Londres, mais il rythme son temps libre de petits matchs de foot... Lire la critique de The Firm

2
Avatar JanosValuska
9
JanosValuska ·

Critique de The Firm par PabloTM

Bex et sa bande sont des Hooligans « intégrés », « fonctionnels » : ils ont un boulot, une vie de famille et une vie sociale. Mais tous les week-ends (et certains soirs) ils se bastonnent avec des bandes rivales. Ce système de « drainage » fonctionne bien jusqu'à ce qu'il s'emballe... Le film est très typé années 90 et il est pourtant... Lire l'avis à propos de The Firm

Avatar PabloTM
7
PabloTM ·

Metro, boulot, bobos

Accents de porc, gueules de fous furieux, bières dégueulasses, match de football la clope au bec et rivalité musclée entre groupe de supporters … Bienvenu en Angleterre. Bex et son groupe de potes, tous "supporters" de West-Ham comme lui, se prennent la gueule avec deux groupes rivaux. Les championnats d’Europe en Allemagne arrivent, Bex veut unifier "les firms" pour faire le déplacement... Lire l'avis à propos de The Firm

1
Avatar Clode
8
Clode ·

British Power

Un formidable choc esthétique, tout à fait représentatif du style cinématographique de Alan Clarke : un regard sans jugement moral posé sur une poignée de sociopathes, filmé à hauteur d'homme au gré de longs travellings d'une hypnotique fluidité. Alan Clarke signe avec The Firm le terrifiant portrait de Bex, quadragénaire de la classe moyenne britannique occupant son temps libre en tant que... Lire la critique de The Firm

Avatar stebbins
9
stebbins ·