Aucune bonne action ne demeure impunie !

Avis sur The Gentlemen

Avatar HITMAN
Critique publiée par le

Dix mois après l'excellent remake en live-action d'un classique Mickey de l'animation, Aladdin, qui avait encore divisé les fans du sale gosse de Bishop's Hatfield ! Le scénariste, réalisateur et producteur Guy Ritchie (Arnaques, Crimes et Botanique, Le Roi Arthur : La Légende d'Excalibur) revient à son style inimitable de polar british à gangsters douze ans après l'excellent RocknRolla. Une coproduction STXfilms & Miramax au simple budget de 22 millions de dollars mais au casting cinq étoiles mettant d'abord en vedette le mâle alpha Matthew McConaughey (Le Droit de tuer ?, Undercover : Une histoire vraie) dans le rôle de Mickey Pearson, un important baron de la drogue à Londres épaulé par son bras droit Raymond, Charlie Hunnam (Hooligans, Triple frontière), qui résiste au chantage d'un enquêteur-journaliste et différents truands prêts à tout pour récupérer le juteux business de la marijuana implanté dans tout le Royaume-Uni.
Au casting de ce jeu de pistes londonien, Henry Golding (Crazy Rich Asians, Last Christmas), Michelle Dockery (Hanna, Downton Abbey), Jeremy Strong (Phénomènes, Le Grand jeu), Eddie Marsan (Mission impossible 3, Fast and Furious : Hobbs and Shaw), Colin Farrell (Tigerland, Dumbo), Hugh Grant (Le Repaire du ver blanc, Paddington 2), Lyne Renée, Tom Wu et Eliot Sumner.

C'est un foutu gros montant !

Et ça, c'est un foutu gros pistolet !

Quand Mickey Pearson, un Américain expatrié qui a construit un empire de marijuana très rentable à Londres, laisse entendre qu'il pourrait se retirer du marché, il déclenche une série d'évènements improbables. La capitale anglaise devient alors le théâtre de chantages, de complots, de trahisons, de pots-de-vin et d'enlèvements. Une multitude de personnages colorés tenteront de soudoyer Mickey afin de devenir propriétaires de sa lucrative entreprise.

Qu'est-ce qui sent la pisse ici !?

Ritchie, après un long séjour professionnel à Hollywood, aux résultats certes inégaux (Holmes, U.N.C.L.E., Arthur & Aladdin), revient à la maison dans son repaire londonien. Il y retrouve dans son genre de prédilection son inventivité du cadre et renoue avec sa patte jouissive de ses débuts. Sa réalisation accentue l'humour noir entre violence et racisme dans les diverses embrouilles entre voyous, nobles et gangsters qui se réunissent dans un final en pied de nez à sa propre maison de production, Miramax. L'intrigue si mince soit-elle est truffée de rebondissements via de longs flashbacks, les dialogues tapent comme des coups de poing, les répliques font mouche, divertissant de bout en bout, nous laissant aucun répit pendant presque deux heures, fessant de ce Toff Guys, un bon succès mondial à 115 millions de dollars. Les numéros d'acteurs sont tous épatants dans leurs costumes de cockneys par Michael Wilkinson, d'abord le duo de Gentlemen McConaughey & Hunnam ainsi que le cabotin de Grant dans un contre-emploi inattendu d'un maître chanteur fin renifleur & bien sûr Farrell, le coach de boxe en survêt haut en couleurs qui rehaussent cette merveilleuse distribution. Contrairement à Tarantino, Ritchie en bon donneur de leçons cinématographiques lui aussi, n'a pas besoin de ressusciter Tate ou Lee pour nous parler de son cinéma, il suffit d'avoir un bon personnage, un fin renard comme Fletcher !

Salut mon amour !

Salut mon amour !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 89 fois
7 apprécient

HITMAN a ajouté ce film à 8 listes The Gentlemen

Autres actions de HITMAN The Gentlemen