Lions en cage

Avis sur The Guard

Avatar Flaw 70
Critique publiée par le

C'est dommage que ce premier film ne fasse pas plus parler de lui que ça, lorsqu'il est sorti aux Etats-Unis il est resté relativement anonyme et il sort maintenant en France directement en DVD. Après vu le sujet sensible du film il est assez compréhensible de savoir pourquoi il a été passé sous silence, surtout suite aux événements tragiques qui ont frappés la France en ce début d'année 2015. Pour autant ce film est nécessaire car il expose une réalité alarmante et tragique en plus d'être une belle leçon d'humanité.

Le film raconte le quotidien d'une branche de l'armée américaine qui n'est pas souvent sous le feu des projecteurs, en ça le film m'a rappelé The Messenger de Oren Moverman qui parlait des soldats devenant annoncer aux familles que leurs proches étaient tombés au combat. Et ce placer sur ce genre de services que l'on ne connait pas trop se montre indéniablement intéressant et permet d'avoir une vision beaucoup moins manichéenne de l'armée américaine. Le film va donc exposer le quotidien de ces gardiens et détenus en faisant des parallèles entre les deux. Il y aura d'ailleurs pas mal de symbolique et de métaphore pour montrer que peut importe de quel côté de la barrière tu te trouves, tu n'est pas si différent de l'autre et tu es tout aussi prisonnier que lui. Les gardes sont totalement prisonniers de leurs routines presque aliénante et de leurs protocoles qui les poussent à la déshumanisation, de la même manière dont ils déshumanisent leurs détenus. Après toute cette partie symbolique n'est pas très subtile ni exploitée jusqu'au bout mais l'avoir se montre quand même intéressant. Le film s'émancipe aussi de tout jugement, il ne fait que nous montrer la réalité des choses, il nous montre bien que les gardes ont autant leurs défauts que les prisonniers et c'est à nous d'en tirer les conclusions qui s'impose. On est donc en face d'un cinéma vérité, et à cause de cela, le film va plus s'intéressé à la situation qu'aux personnages. Et c'est surtout le personnage principal qui va en faire les frais. On va avoir une longue partie d'exposition de l'univers à travers ses yeux, d'ailleurs l'exposition est même beaucoup trop longue, mais surtout on ne prend pas le temps de présenter le personnage en lui-même. Jamais on ne comprendra vraiment ses choix et sa psychologie s'en montrera réduite surtout que certaines de ses actions sont illogiques et contradictoires notamment dans sa relation avec un de ses collègues. Par contre c'est le personnage d'Ali qui permettra de la rendre au final intéressante, d'ailleurs ce personnage est la réussite du film, il est d'une complexité assez fascinante et chacune des ses interventions sont un régal. D'ailleurs les conversations entre les deux personnages sont magnifiquement dialogués rendant des scènes basées sur l'absence de mouvements absolument passionnantes. Surtout que ses scènes sont menées par des acteurs au sommet, Kristen Stewart est très convaincante et signe probablement sa meilleure prestation à ce jour et Peyman Maadi crève littéralement l'écran par son naturel et son intensité.
Ensuite le film traite quand même assez bien le statut de la femme au sein de cette univers, il ne tombe pas dans les pièges habituelles et construit un personnage hors de tout stéréotypes, c'est juste un personnage authentique et quand le film parle de la place de la femme dans l'armée et du rapport que les prisonniers ont avec elle, le film est juste et ne cherche ni à la victimiser par son sexe ni de lui faire renier. Après le film est un peu trop prévisible sur certains de ses ressorts narratifs et utilise même quelques clichés de ces films sur l'armée, notamment avec la rivalité entre collègues. Il a aussi la mauvaise idée de multiplier les sous-intrigues faisant que le cœur de son propos en soit dilué, surtout que ses sous-intrigues sont généralement caricaturales et inintéressantes.
Sinon Peter Sattler fait un excellent travail sur sa mise en scène, que ce soit sur les cadrages très serrés et centrés qui accentuent l'aspect claustrophobique et droit de la prison, ses plans très longs qui retranscrives à merveilles la routine étouffante des gardiens ( un générique final très intelligent d'ailleurs ) et ses champs/contre-champs habilement pensé durant les conversations entre les deux personnages centraux. Au début la porte qui les sépares est visible dans les plans mais plus ils se lient d'amitié et plus cette porte devient floue au point même de disparaître. D'ailleurs leur dernier échange joue habilement avec ça et permet de retranscrire l'état émotionnel des personnages. Pour une première mise en scène c'est vraiment du bout boulot, dommage que l'aspect technique ne soit pas aussi réussi, la photographie étant un peu quelconque et la bande son assez anecdotique. Reste le montage qui se montre très maîtrisé.

En conclusion Camp X-Ray est un bon film. Il s'éparpille beaucoup trop ( le syndrome de la première oeuvre ), le personnage principal manque parfois d'intérêt et n'est pas suffisamment traité et le film met beaucoup trop de temps à se lancer. Ce sont de sérieux défauts qui handicap l'ensemble mais néanmoins on se retrouve devant un film qui explore ses sujets avec délicatesse et respect. C'est un film qui fait réfléchir sur cette dure réalité qui est loin d'être aussi simple et manichéenne que l'on pourrait le croire et on se laisse embarquer dans ce sujet prenant aux côtés d'excellents acteurs et d'une mise en scène impeccable.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 425 fois
8 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Flaw 70 The Guard