👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Un peu mitigé face à ce film.

C'est surtout le scénario qui est étrange : d'un côté, il y a cette intrigue intimiste avec cet intrus qui pénètre cette famille et de l'autre il y a cette trame digne d'une série B avec la police secrète ; en soi, deux trames très intéressantes mais qui, brodées de la sorte en un seul film, perdent chacune de leur valeur parce que l'autre lui bouffe de la place. Ainsi, le côté intimiste aurait mérité un traitement plus approfondi (en particulier la relation entre Luke et David), tout comme le côté série B arrive comme un poil pubien dans la soupe et n'est jamais porté au niveau épique espéré. De ce cul entre deux chaises, il en résulte aussi de nombreuses facilités (Anna ne soupçonne même pas, elle accuse directement ; David trouve trop facilement des armes ; certains personnages sont trop vite évacués alors qu'il aurait été intéressant de les faire revenir pour l'acte final). Malgré ces défauts, il reste des situations (le bar ; le coup porté par Luke à la fin) et des dialogues (le speach adressé au directeur d'école) bien écrits, offrant aux spectateurs de beaux moments.

La mise en scène est assez réussie globalement. Il reste malgré tout des petits hics ; les scènes d'action convainquent mais le découpage est parfois approximatif (certains plans brefs pas toujours lisibles, donc pas toujours utiles). On sent aussi que le réalisateur ne sait pas vraiment construire d'ambiance, la séquence de fin à l'école en est le meilleur exemple : de chouettes décors, de chouettes lumières, mais la caméra ne parvient jamais vraiment à les exploiter. Les acteurs sont bons aussi. Dan Stevens, sorte de Ryan Gosling un peu plus dynamique, inquiète ; Leland Orser et Sheila Kelley font bien le boulot (avec un peu de démesure, mais c'est sans doute parce que la finesse n'était pas vraiment au programme de ce film) ; un plaisir de retrouver Chase Williamson qui semble monter les échelons à Hollywood ; Brendan Meyer a une bonne tête et en joue bien ; Maika Monroe est assez mignonne, elle m'a rappelé Chloë Sevigny d'une certaine manière.

Bref, un film qui divertit, mais avec une légère pointe de déception au vu des erreurs scénaristiques.
Fatpooper
5
Écrit par

il y a 7 ans

9 j'aime

The Guest
slowpress
7
The Guest

How to get laid : the movie

Pioché au hasard parmi les quelques téras de films qui dorment sagement dans les divers disques durs de la maison, nous étions bien partis pour nous moquer franchement de ce film pragmatique d'un...

Lire la critique

il y a 7 ans

15 j'aime

1

The Guest
g0urAngA
8
The Guest

Critique de The Guest par g0urAngA

The Guest ne paie pas de mine comme ça, mais se révèle être diablement efficace et malin. En effet, le film utilise énormément les codes du cinéma et les rend à l'écran à sa manière afin de pouvoir...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

The Guest
Fatpooper
5
The Guest

Don't trust U.S.

Un peu mitigé face à ce film. C'est surtout le scénario qui est étrange : d'un côté, il y a cette intrigue intimiste avec cet intrus qui pénètre cette famille et de l'autre il y a cette trame digne...

Lire la critique

il y a 7 ans

9 j'aime

Les 8 Salopards
Fatpooper
5

Django in White Hell

Quand je me lance dans un film de plus de 2h20 sans compter le générique de fin, je crains de subir le syndrome de Stockholm cinématographique. En effet, lorsqu'un réalisateur retient en otage son...

Lire la critique

il y a 6 ans

116 j'aime

33

Strip-Tease
Fatpooper
10
Strip-Tease

Parfois je ris, mais j'ai envie de pleurer

Quand j'étais gosse, je me souviens que je tombais souvent sur l'émission. Enfin au moins une fois par semaine. Sauf que j'étais p'tit et je m'imaginais une série de docu chiants et misérabilistes...

Lire la critique

il y a 8 ans

99 j'aime

43

Calvin et Hobbes
Fatpooper
10

Une fiction historique

J'avais beaucoup entendu parler de Calvin et Hobbes. Jusque là je m'étais refusé à acheter les albums car ceux trouvés en librairire sont franchement cher. Puis un jour, j'ai trouvé le tome 9 en...

Lire la critique

il y a 9 ans

80 j'aime

27