👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Il y a des films qui attirent mon attention par leur sujet, par le nom du réalisateur, des comédiens à l'affiche, ou encore par une bande annonce qui me met en appétit. Et puis il y a ceux, comme The Guest, dont un simple bouche à oreille plutôt positif titille ma curiosité. Je me suis donc lancé dans le visionnage du film sans la moindre info au préalable au sujet de l'histoire. Et je vous conseille de faire de même, pour mieux apprécier toutes ses qualités.

Au départ, on suit l'arrivée de David dans la petite famille et on observe comment il s'intègre peu à peu dans leur quotidien. David apparaît comme un homme charmant et bien intentionné. Toujours là pour rendre service, il devient à la fois le grand frère protecteur, et le confident des parents. Et surtout, baraqué comme il est, toutes les nanas sont à pieds. Mais le bonhomme est trop lisse pour être honnête. Et très vite, on se rend compte qu'en gagnant la confiance des occupants de la maison, il s'arrange en même temps pour s'immiscer dans leur vie privée et régler les problèmes de chacun à sa manière très personnelle. En n'hésitant jamais à avoir recours à la violence et au chantage.

Avec ce parfait inconnu qui bouleverse la vie d'une famille, le film démarre comme un remake aseptisé de Visitor Q, du japonais Takashi Miike. Mais The Guest cache bien son jeu. C'est au moment où l'on pense avoir deviné où il veut nous amener que The Guest nous fait le coup du virage à 180°, pour partir dans une toute nouvelle direction. Et je m'arrêterai là pour vous laisser le plaisir de la découverte.

The Guest est le nouveau film écrit et réalisé par le cinéaste Adam Wingard et le scénariste Simon Barret, à qui on doit aussi You're Next, un film d'horreur ultraviolent et controversé. D'un côté on a les fans qui considèrent le film comme un défouloir gore, bourré d'humour noir, et qui évite les clichés. Et de l'autre, on a ceux qui regrettent qu'après un début en fanfare, le metteur en scène se laissait lentement glisser sur la pente de la dérision. C'est un peu la même histoire dans The Guest. D'une part, les deux compères font de leur mieux avec un budget minimaliste, pour nous tenir en haleine, à l'aide d'un script imprévisible, et des dialogues percutants. On appréciera d'ailleurs le suspense à couper au couteau, surtout du à la bande son angoissante au synthé, qui rappelle le meilleur de John Carpenter. Le film échappe donc aux conventions en jouant sur les codes du cinéma de genre, avec une atmosphère délicieusement old school et baroque, qui rend hommage à la fois à la mise en scène de James Cameron, Dario Argento, et de Brian de Palma. Mais d'autre part, il ne se prend jamais très au sérieux, ce qui crée parfois des ruptures de tons assez fâcheuses et aussi maladroites.

Le casting est également particulièrement réussi. La plupart des comédiens essentiellement connus pour leur travail dans des séries télé, s'en sortent tous avec les honneurs. Mention spéciale bien sûr à Dan Stevens dans le rôle titre, qui parvient à la fois à paraître rassurant et effrayant, avec un regard de braise et un éternel sourire malicieux au coin des lèvres. Avec son look de bad boy blond suave, au corps huileux, qui peut passer d'un doux regard protecteur à une effrayante explosion de violence en quelques secondes, il tient à la fois de Ryan Gosling dans Drive, et de Rutger Hauer dans « The Hitcher ».

Faute à un rythme en dents de scie, The Guest est loin d'être le chef d'oeuvre annoncé par certains. Mais cela ne l'empêche pas d'être un thriller mordant et séduisant, qui vous surprendra par son scénario déroutant, et la performance fascinante de Dan Stevens, qui risque de vous hanter pour un moment. C'est vraiment un film qui se la joue quitte ou double au niveau de l'ambiance. Soit vous allez aimer et en redemander, soit vous allez tout faire pour vous faire rembourser. A vous de voir.

                                                                             ...

Au passage, Wingard et Barret vont apparemment adapter « J'ai rencontré le diable » de Kim Jee Woon, l'un des meilleurs polars coréens de ces dernières années. Avis aux amateurs de cinéma transgressif et de sensations fortes. Je vous incite fortement à découvrir l'original, avant que la machine hollywoodienne ne nous sorte un de ces pauvres remakes formatés et stériles dont elle a le secret.

Nazgulantong
7
Écrit par

il y a 7 ans

The Guest
slowpress
7
The Guest

How to get laid : the movie

Pioché au hasard parmi les quelques téras de films qui dorment sagement dans les divers disques durs de la maison, nous étions bien partis pour nous moquer franchement de ce film pragmatique d'un...

Lire la critique

il y a 7 ans

15 j'aime

1

The Guest
g0urAngA
8
The Guest

Critique de The Guest par g0urAngA

The Guest ne paie pas de mine comme ça, mais se révèle être diablement efficace et malin. En effet, le film utilise énormément les codes du cinéma et les rend à l'écran à sa manière afin de pouvoir...

Lire la critique

il y a 7 ans

11 j'aime

1

The Guest
Fatpooper
5
The Guest

Don't trust U.S.

Un peu mitigé face à ce film. C'est surtout le scénario qui est étrange : d'un côté, il y a cette intrigue intimiste avec cet intrus qui pénètre cette famille et de l'autre il y a cette trame digne...

Lire la critique

il y a 7 ans

9 j'aime

Onibaba, les tueuses
Nazgulantong
7

Onibaba

Sorti dans les années 60, durant le développement des courants féministes, Onibaba porte un regard glauque sur la sexualité de la femme. Loin des héroïnes innocentes et virginales hollywoodiennes, la...

Lire la critique

il y a 8 ans

7 j'aime

Colors
Nazgulantong
7
Colors

Dennis Hopper voit rouge et broie du noir

- « Pop quiz, hotshot! Top! Je me suis shooté à l'oxygène chez Lynch, j'ai lancé la carrière de Néo sur les chapeaux de roue, j'ai roulé des mécaniques et de la Harley avec mon pote Fonda, je suis...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

Le Petit Grille-pain courageux
Nazgulantong
7

The dancing toaster

-Harry ! - WHAT ? - It's an inanimate f*cking object ! - YOU'RE AN INANIMATE F*CKING OBJECT! (Bon baisers de Bruges) « Le Petit grille-pain courageux » est un film d'animation de 1987, adapté...

Lire la critique

il y a 7 ans

5 j'aime

1