👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le palmarès du festival de Cannes s’est dévoilé samedi dernier, avec pour la palme d’or Winter Sleep de Nuri Bilge Ceylan. Il y en a eu pour tous les goûts, et Jean-Luc Godard a même eut le prix du Jury. Mais parmi les grands absents de ces récompenses, il y a The Homesman, le deuxième film de Tommy Lee Jones, sortie en salle la semaine dernière, alors que son précédent film, Trois Enterrements, avait obtenu le prix du meilleur acteur et celui du meilleur scénariste en 2005. Le jury aurait-il été déçu par ce western d’une noirceur fascinante ?

En 1854, on suit le voyage de Mary Bee Cuddy, interprétée par Hilary Swank, une femme célibataire de 35 ans à travers le désert du Nevada. Elle doit effectuer un trajet de cinq semaines pour amener trois femmes devenus folles à un institut psychiatrique. Elle est accompagnée par George Bings, un solitaire joué par Tommy Lee Jones himself. Se déroulant comme un road-movie, le film nous plonge corps et âme dans l’Ouest sauvage, avec de superbes décors naturels donnant des frissons. La dureté du mode de vie au Nevada à cette époque est montrée dans les moindres détails, au point qu’on se demande ce qui passait par la tête de ceux voulait tenter leur chance dans l’Ouest.

Mais le film décrit aussi la condition de la femme dans cet environnement hostile, et montre trois cas extrêmes où des femmes basculent progressivement vers la folie, dans des passages qui pourraient presque tendre vers le film d’épouvante. Effrayant. D’ailleurs, le film est pourvu d’un ton résolument pessimiste, et l’on voit rarement un sourire sur le visage des personnages, entre un Tommy Lee Jones impassible et flegmatique et Hilary Swank, sèche et autoritaire. Dans la mise en scène, le réalisateur prend très souvent du recul par rapport aux acteurs, pour laisser plus de place aux décors, un peu à la manière de John Ford. Et pour couronner le tout, on a même droit à une situation cocasse avec Tim Blake Nelson, méconnaissable. Sans oublier un règlement de compte quasi gratuit, qui en choquera plus d’un.

Distillant l’espoir par petite touche au milieu du drame, ce western d’un réalisme captivant, avec une ambiance visuelle remarquable et des acteurs criant de vérité passionne de bout en bout. A noter une dimension féministe touchante toute à l’honneur de notre cher Tommy. Seul bémol : des musiques trop peu nombreuses, surtout pour un western.

Marius_Jouanny
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les meilleurs films de 2014 et Les meilleurs westerns

il y a 7 ans

4 j'aime

The Homesman
Truman-
7
The Homesman

Critique de The Homesman par Truman-

Troisième réalisation de Tommy Lee Jones et nouvelle réussite, allons au vif du sujet, c'est un western mais pas un western qui canarde à tout va, c'est un western qui pose son rythme et fait avancer...

Lire la critique

il y a 8 ans

64 j'aime

10

The Homesman
-Marc-
8
The Homesman

Le cauchemar américain

Enfin, un vrai rôle pour cette grande actrice! Avec deux oscars au palmarès, Hilary Swank semble avoir du mal à trouver autre chose que des seconds rôles ou des personnages mal taillés dans des...

Lire la critique

il y a 6 ans

34 j'aime

The Homesman
Krokodebil
7
The Homesman

Eastern Promises

The Homesman, le deuxième long métrage de l'acteur-réalisateur et scénariste Tommy Lee Jones, n'est pas à proprement parler un western. Il en emprunte à peu près tous les codes classiques, des...

Lire la critique

il y a 8 ans

20 j'aime

5

L'Impasse
Marius_Jouanny
9
L'Impasse

Le dernier des Moricains

Il faut le dire, ce jour-là, je n'étais pas au meilleur de ma forme. Allez savoir pourquoi. Mais dès les premières secondes du film, j'en ai vu un qui portait toute la fatigue et l'accablement du...

Lire la critique

il y a 7 ans

46 j'aime

12

All Things Must Pass
Marius_Jouanny
9

La sublime diarrhée de George Harrison

1970. Un an après Abbey Road, George Harrison sort ni plus ni moins qu’un triple album de presque deux heures. Un ouragan d’inventivité et de registres musicaux, en grande partie l’aboutissement...

Lire la critique

il y a 6 ans

39 j'aime

5

Les Proies
Marius_Jouanny
6
Les Proies

Sofia's touch

Difficile de dissocier "Les Proies" de Sofia Coppola du film éponyme dont il est le remake, réalisé par Don Siegel en 1971. Au-delà de constater la supériorité de l'original, ce qui est assez...

Lire la critique

il y a 4 ans

35 j'aime

4