👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Parfois dans la filmographie d'un réalisateur, il y a un film qui explique tous ses films. The House That Jack Built est de ceux-là : une plongée au plus profond de l'âme torturée de Lars Von Trier, et à la lueur duquel on revoit subitement toute sa filmographie.

L'horreur, la torture et l'(auto)destruction élevée au rang d'art, voila la thèse que nous explique Lars Von Trier, un peu à la manière dialoguée, illustrée et didactique de son précédent film, Nymphomaniac. Au travers de l'histoire d'un serial killer psychopathe (on sent qu'il a bien étudié le sujet), Lars dialogue avec lui-même sur l'ingénierie, l'art, la beauté dans la destruction comme la putréfaction crée le bon vin, et une recherche de l'excellence dans cet exercice. Et l'envie de se faire prendre la main dans le sac.

On alterne entre scènes horribles et crues, et rire nerveux face au grotesque de certaines situations. Tout ça se termine dans une terrible mélancolie comme on a désormais l'habitude avec lui, et on comprend soudain pourquoi Wagner, pourquoi Hitler est sympa, pourquoi on coupe des clitos en gros plan, pourquoi Lars fait toutes ces provocations sans vraiment le penser, ou tout du moins assez pour laisser un doute gênant s'installer. Lars est Jack. Ou plutôt Jack est la concrétisation du fantasme morbide ultime de Lars. Lars sait qu'il ira en enfer pour ça, et c'est quelque part pour ça qu'on l'aime !

The House that Jack Built va certainement diviser, entre des malaises à la Funny Games de Haneke, l'explicite d'un Antichrist, le profond mal-être existentiel d'un Melancholia, et une certaine notion des enfers au travers d'une folie parfaitement raisonnée. C'est pour moi l'un de ses films les plus aboutis, en tout cas au sens de l'aboutissement d'une oeuvre comme celle de Lars Von Trier.

divide
8
Écrit par

il y a 3 ans

The House That Jack Built
Velvetman
9

Antichrist

Alors que la polémique gonflait depuis quelques heures sur la prétendue violence de son film, alimentée par les nombreux claquements de porte lors de la projection officielle au Festival de Cannes...

Lire la critique

il y a 3 ans

173 j'aime

4

The House That Jack Built
guyness
4

La petite maison dans l'après rite

Les tics de langages propres à chaque cinéastes, ne peuvent pas (jusque dans une certaine mesure) leur être reprochés. C'est bien la moindre des choses que les plus marquants d'entre eux aient pu, au...

Lire la critique

il y a 3 ans

67 j'aime

6

The House That Jack Built
Moizi
9

La fascination morbide

Difficile pour moi de dire du mal de The House That Jack Built tant le film m'a emballé du début à la fin. On y retrouve le Lars Van Trier que j'aime, celui qui n'hésite pas à choquer, qui n'hésite...

Lire la critique

il y a 3 ans

67 j'aime

3

XSCAPE
divide
8
XSCAPE

Une parfaite illustration des ravages du loudness war

Entendons nous bien, ma note n'est représentative que de la deuxième partie de la version Deluxe, à savoir les arrangements originaux des chansons, car si je ne devais noter que la première partie...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

3

Les Nouveaux Héros
divide
3

Le Malaise.

Mon dieu, quel profond malaise. A l’exception du Bibendum qui je dois le reconnaître, m'a bien fait rire, l'angle choisit pour introduire cette histoire m'a mis extrêmement mal à l'aise. J'ai eu...

Lire la critique

il y a 7 ans

6 j'aime

Lucy
divide
3
Lucy

Critique de Lucy par divide

Je ne m'attendais pas à quelque chose d'intelligent de la part de Besson, mais je dois reconnaître que j'ai été surpris ! C'était en effet encore plus demeuré et maladroit que ce à quoi je...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime