Tourisme, médecine et scatophilie

Avis sur The Human Centipede

Avatar colargol
Critique publiée par le

"Très chère Gorothèque, merci beaucoup pour tes conseils de la dernière fois, qui ont été très utiles. Cependant, il me semble que tu t'étais concentré sur les problèmes de reproduction, et j'aimerais bien en apprendre un peu plus sur d'autres domaines de la médecine. Est-ce que tu aurais un autre film éducatif avec tout ce que j'aime (du sang, du sang et du sang) à me conseiller ?"
- Xavier B.

Cher Xavier, comme je te comprends. Moi aussi, une fois, je me rappelle, je m'étais passionné pour la médecine. Malheureusement, mes parents n'étaient pas de cet avis, et, depuis, je n'ai plus le droit de jouer avec un fil à coudre, une aiguille, un hachoir et le chat. Ne t'inquiète pas, j'ai le film qu'il te faut : The Human Centipede : First Sequence.

Deux bonasses américaines font du tourisme dans un coin perdu de l'Allemagne. Elles veulent aller dans une boîte de nuit qui s'appelle « The Bunker » (on est en Allemagne, ne l'oubliez pas). Pas de surprise, elles crèvent un pneu au milieu de la forêt. D'abord, un monsieur arrête sa voiture à côté de la leur. Elles croient qu'il est gentil, même s'il est vieux, gras, en marcel, bien poilu et qu'il fume une cigarette. Au bout de la troisième fois qu'il a dit « ficken » en bavant, elles comprennent qu'elles ont affaire à un pervers.

Comme il n'y a pas de réseau, elles décident de se promener dans les bois, en talons et minijupe, au cas où elles arriveraient à trouver de l'aide. Évidemment, il se met à pleuvoir. Évidemment, elles arrivent près d'une maison. Évidemment, c'est celle d'un savant fou qui les kidnappe. Voyez comme la nature est bien faite : si vous voulez faire des expériences que le comité consultatif national d'éthique réprouverait, allez vous installer dans une villa paumée au milieu de la forêt du trou du cul du monde, servez-vous un whisky, et vous aurez même pas le temps d'aller vous installer dans votre fauteuil que PAF des cobayes tout frais viendront sonner à votre porte.

Elles se réveillent attachées sur des lits d'hôpitaux, dans la cave. À côté d'elles, un autre lit, et un gros moustachu attaché. D'après docteur Maboul, ce dernier n'est pas « compatible », mais c'est pas grave, une piquouze dans l'intraveineuse, et on n'en parle plus. Il va l'enterrer, et il revient plus tard après avoir fait son marché, un japonais endormi sur l'épaule. Il est l'heure d'expliquer aux cobayes pourquoi ils sont là.

Donc le savant, qui s'appelle Joseph Heiter, enfile sa blouse et amène son projecteur et ses diapositives dessinées par un gamin de quatre ans. C'est un ancien chirurgien spécialisé dans la séparation des siamois. Là, pour la déconne, il a envie de faire l'opération inverse : coller des gens. Pour ça, rien de plus facile. On les met à quatre pattes à la queue leu leu, on leur coupe les ligaments des genoux, pour pas qu'ils se relèvent, on enlève les dents, ça sert à rien, et puis on cout la bouche de l'un à l'anus de la personne devant. Et hop, on obtient un mille pattes humain. C'est beau la science.

Après il commence à endormir tout le monde pour faire l'opération. Et c'est là que Lindsey se rend compte qu'en fait elle est pas si bien attachée que ça et qu'elle peut s'enfuir. Comprenez aussi, Lindsey elle s'était pas posée la question avant : elle pensait que le médecin il était gentil. Peut-être qu'il voulait lui refaire les seins gratuitement. Ou alors il allait leur donner des bonbons. Ou alors, Lindsey est une grosse perverse, excitée par le bondage, mais pas trop par la scatophagie, on sait pas.

Elle arrive à semer Heiter, mais elle se dit que c'est trop dommage de laisser sa copine endormie, donc elle retourne dans la cave. Bien sûr, c'est pas facile de traîner un corps inerte (surtout en montant un escalier en colimaçon), ça prend trois plombes, alors quand elle arrive enfin à sortir de la maison, l'autre l'attend, elle se prend un seringue hypodermique dans le cul, ça lui fait les pieds. Le docteur la ramène dans le lit, et puis pour lui apprendre, il décide que Lindsey ce sera le maillon du milieu, tiens. Cher Xavier, à ce moment du film n'oublie pas de prendre des notes, car il ne faut pas que tu manques un seul moment de l'opération.

Cher Xavier, dans Human Centipede, tu verras comment arracher des dents ou encore comment faire des incisions dans les fesses. Tu apprendras aussi ce qu'est une plaie infectée, un laxatif et un tri-chien. Bien entendu, ce film ayant été réalisé avec les conseils avisés d'un médecin (véridique), tout ce que tu y verras est 100% médicalement rigoureux (véridique aussi). Un film distrayant, à voir le dimanche après-midi avec les enfants. Claque la bises à ton cousin Cantat.

Langoureusement.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 7266 fois
200 apprécient · 5 n'apprécient pas

colargol a ajouté ce film à 1 liste The Human Centipede

  • Films
    Illustration La gorothèque

    La gorothèque

    Des films qui font mal à l'histoire du cinéma, mais eux ils ont fait exprès.

Autres actions de colargol The Human Centipede