Avis sur

The Last Days of American Crime par Surpris

Avatar Surpris
Critique publiée par le

Ce film est grossier (certains diront américain, et ils n'ont pas tout à fait tort). C'est à se demander comment cuckflix a juger bon d'acheter et de distribuer ce "film". Tout ce qui est entrepris est soit raté, soit inutile.

Ce film est un calvaire à regarder. C'est beaucoup trop long, et c'est surtout très chiant. Entre le personnage du flic interprété par Sharlto Copley dont l'utilité globale, à savoir être un antagoniste lambda en tout fin de film, ne justifie en rien ses longues scènes supposé le "développé" (que nenni), les deux scènes de copulations, et autres idioties que j'ai du oublier, il y a trop de scènes qui parasitent la durée et le rythme.

Je profite pour faire passer un message aux amateurs de film d'action : passez votre chemin, il y en a très peu, et elles sont réalisés par Olivier "Taken II" Megaton. Bon en vrai, il s'est amélioré pour filmer des combats au corps à corps (alors qu'on soit bien d'accord, ça reste de la merde, mais c'est moins découpé et moins tremblants). Par contre il a massacré une scène de course poursuite qui aurait pu être géniale (il a probablement été nostalgique de cette époque révolu où il enchaînait les navets pour Besson, parce que ça m'a rappelé les heures les plus sombres d'Europacorp).

Et je déconseille aux fan du MCU de voir ce film. De un parce que même si le MCU vole pas très haut, vous ne méritez pas de vous retrouver devant une bouse de cet acabit, et de deux, les explosions CGI risquent de vous procurer un AVC, tellement le rendu est catastrophique.

Sinon, toujours au niveau de la réal, le film a une photo numérique vraiment pas top, et il n'y a pas du tout d'ambiance. C'est un film moche, long, et garantie sans scènes cultes.

Après la mise en scène, parlons du scénario : J'ai entendu des rumeurs comme quoi il a été sélectionné pour participer au Jeux Olympiques de Facilités Scénaristiques, et entre nous soit dit, il le mérite amplement.

Ah oui, vous ai-je prévenu que ce film est grossier ? Et pas juste par le fait de la présence de scènes de sexe qui font passer un porno italien des 70's pour un chef d'oeuvre cinématographique, la quantité d'hémoglobine qui a le cul entre deux chaises (le réalisme ou l'exagération décomplexé) ou les nombreuses situations "edgy/borderline" comme dirait nos ennemis grands bretons. En effet, absolument tous les dialogues sont grossiers, tous. Et ce n'est même pas comme dans Casino ou les Affranchis ou les insultes sont tellement bien intégrées aux dialogues que cela en devient naturel, non non, là c'est juste navrant.

Les acteurs sont au diapason de la réal et du script : ils sont incompétents (ou alors Megaton a fait exprès de choisir les pires prises). Entre Edgar Ramirez, Sharlto Copley et Anna Brewster qui sont aussi expressif qu'une planche à repasser, Michael Pitt qui nous offre des prestations ridicules à chaque fois qu'il apparaît. Les rôles secondaires sont aussi grossier que les dialogues qu'ils débitent, bref, c'est le néant.

La musique n'est pas en reste, puisqu'elle est inutile, inaudible et oubliable (je voulais faire une assonance mais je n'ai pas réussi).

Y a t'il quelques choses à sauver de cette poubelle filmique ? Deux petites choses, le chauffeur qui est le seul à avoir un minimum de charisme (dommage qu'il se fasse tuer), et Anna Brewster qui est plutôt éloigné des canons de beauté (un peu de variété dans ce monde uniformisé !)... alors que d'après Wikipedia, elle a été mannequin (Issou).

Bref, passez votre chemin, c'est une bessonerie sauce US, un navet qui mérite de se faire descendre.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 388 fois
13 apprécient · 1 n'apprécie pas

Surpris a ajouté ce film à 1 liste The Last Days of American Crime

  • Films
    Cover Les courses poursuites ratées

    Les courses poursuites ratées

    William Friedkin a un jour dit qu'il considérait les scènes de courses poursuites comme du cinéma à l'état pur. Les...

Autres actions de Surpris The Last Days of American Crime