The Laundromat : La confusion des Panama Papers

Avis sur The Laundromat : L'affaire des Panama Papers

Avatar Bastral
Critique publiée par le

Soderbergh et/ou Netflix auront probablement voulu surfer sur le succès des films d'investigation tendance lanceur d'alerte (à défaut d'un meilleur terme) basés sur des faits réels de ces dernières années —The Big Short (2015), Spotlight (2015), Pentagon Papers (2017)—. Soderbergh, fidèle à son style Ocean's 11, a essayé de mettre sur pied une histoire chorale pop et rythmée, très méta et servie par un cast 5 étoiles (le seul point positif du film). La ressemblance avec l'excellent The Big Short, de McKay est frappante.

Sauf que là ou The Big Short expliquait les détails complexes de la crise des subprimes, les seules révélations "fracassantes" de The Laundromat sont qu'il y a des gens qui font de l'évasion fiscale. Sans blague.
Là où The Big Short cassait le 4eme mur de manière décalée, variée et avec des experts du sujet, The Laundromat nous assène les discours prétentieux d'Oldman et Banderas, aka Mossack et Fonseca.
Là où The Big Short nous montrait plusieurs enquêtes parallèles qui petit à petit allaient révéler le plus grand scandale financier du XXIeme siècle, The Laundromat s'éparpille dans de petites histoires déconnectées, pour torcher la fin en dix minutes après que le lanceur d'alerte anonyme sorti de nulle part fait fuiter les documents du fameux cabinet d'avocats.

On notera d'ailleurs que le synopsis du film est honteusement racoleur, les 21 morts n'étant reliés à cette histoire d'évasion fiscale que de manière très indirecte (une arnaque à l'assurance faite par une société écran d'un bateau qui a eu l'accident ayant causé les morts), et la veuve qui cherche l'argent n'aura in fine aucun d'impact. On sent d'ailleurs que Soderbergh a peur de perdre son audience, et se sent obligé de nous pondre des scènes inutiles, comme Meryl Streep rêvant de braquer les responsables au fusil à pompe, ou inutilement pompeuses, comme Meryl Streep se démaquillant pour revenir en "tenue de ville" lors de son monologue final.

Bref, l'intention était bonne —Mossack Fonseca ayant d'ailleurs cherché à censurer le film—, mais le résultat est confus, dispersé et prétentieux. Un gâchis de casting 5 étoiles.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 74 fois
1 apprécie

Bastral a ajouté ce film à 1 liste The Laundromat : L'affaire des Panama Papers

Autres actions de Bastral The Laundromat : L'affaire des Panama Papers