👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Dans un monde à peine futuriste, la société ne tolère plus les célibataires. Ceux-ci sont donc arrêtés et parqués dans un centre spécialisé et luxueux, dans lequel ils auront 45 jours pour rencontrer un(e) prétendant(e) parmi les pensionnaires sous peine de se faire transformer en l’animal de leur choix. David (Colin Farell) entre dans l’un de ces pénitenciers hôteliers. Il coche la case « hétérosexuel » et choisit le homard comme animal de réincarnation, en cas d’échec. Pas grand-chose à dire à propos de cette fable dystopique. L’idée me plaisait. Mais l’idée, souvent, c’est l’arbre qui cache la forêt. Je ne connaissais pas Lanthimos (Pas vu ni Canine ni Alps) et ça ne me donne pas envie d’en découvrir davantage. The Lobster contient probablement tout ce qui me rebute au cinéma : Le geste concept, l’absolue maitrise formelle, la suffisance allégorique, le casting international inutile, un découpage grossier, la froideur des cadres, des postures, des paroles. Un vrai cauchemar, dans la lignée de We need to talk about Kevin. Qui se voudrait Pasolinien mais fait plus post Haneckien, sans lui arriver à la cheville. La première partie est intrigante, notamment cette affaire de chasse de solitaires (ceux qui ont choisi de refuser le modèle imposé) avec possibilité de récupérer un jour pour chaque capture. Mais déjà, c’est d’un cynisme irritant : On punit la masturbation en obligeant le pêcheur à mettre sa main dans un grille-pain ; Des femmes de chambre viennent stimuler les hôtes, sans les faire jouir, de façon à les pousser à la séduction ; David cède au mensonge en prétendant être tombé amoureux de la fille sans cœur. Le second mouvement, dans les bois, avec la secte secrète en miroir, est interminable puisqu’il voudrait remettre en selle le désir, la possibilité de l’amour sans concessions, avec l’arrivée de la femme myope (Rachel Weisz), bientôt amoureuse de David et celle de la chef des solitaires (Léa Seydoux) monstre sans affect – Ah, ces plans en contre-plongée ! Lanthimos s’est tellement amusé à détruire la possibilité affective auparavant – Aboutissement horrifique avec le frère chien, ce n’est même plus de la misanthropie à ce niveau de cruauté – qu’on ne croit plus en sa réapparition, on ne croit plus en aucune situation, on se fiche complètement de ce qui peut arriver aux personnages, qui ne sont plus que des pantins désincarnés au service d’un scénario haut de gamme. Car de sa société totalitaire, irrespirable, érigée dans l’hôtel nous avons plongé dans la forêt, dans son exact contraire éthique, tout aussi totalitaire et irrespirable. The Lobster, film glacial, sans âme. Bref, l’horreur.

JanosValuska
2
Écrit par

il y a 5 ans

6 j'aime

The Lobster
Sergent_Pepper
6
The Lobster

Société profasciste des animaux.

The Lobster fait partie de ces films qui font les frissons de l’annonce de la sélection, quelques mois avant le festival de Cannes : un pitch singulier, un casting de rêve prêt à se compromettre, et...

Lire la critique

il y a 6 ans

144 j'aime

16

The Lobster
pphf
4
The Lobster

Homard m'a tuer

Prometteur prologue en plan séquence – avec femme, montagnes, route, voiture à l’arrêt, bruine, pré avec ânes, balai d’essuie-glaces, pare-brise et arme à feu. Puis le passage au noir, un titre...

Lire la critique

il y a 6 ans

137 j'aime

30

The Lobster
JimBo_Lebowski
5
The Lobster

Lapin mécanique

Je partais avec un sentiment assez contrasté avant de voir ce Lobster, à l’image de mon expérience de deux autres films de Lanthimos, enthousiasmé par Canine et rebuté par Alps, le cinéaste grec...

Lire la critique

il y a 6 ans

107 j'aime

7

Titane
JanosValuska
5
Titane

The messy demon.

Quand Grave est sorti il y a quatre ans, ça m’avait enthousiasmé. Non pas que le film soit  parfait, loin de là, mais ça faisait tellement de bien de voir un premier film aussi intense...

Lire la critique

il y a 10 mois

26 j'aime

5

Le Convoi de la peur
JanosValuska
10

Ensorcelés.

Il est certain que ce n’est pas le film qui me fera aimer Star Wars. Je n’ai jamais eu de grande estime pour la saga culte alors quand j’apprends que les deux films sont sortis en même temps en salle...

Lire la critique

il y a 8 ans

25 j'aime

6

La Maison des bois
JanosValuska
10

My childhood.

J’ai cette belle sensation que le film ne me quittera jamais, qu’il est déjà bien ancré dans ma mémoire, que je me souviendrai de cette maison, ce village, ce petit garçon pour toujours. J’ai...

Lire la critique

il y a 7 ans

23 j'aime

4