Advertisement

Avis sur

The Lovers

Avatar Rawi
Critique publiée par le

La légende des amants papillon est à la Chine ce que serait celle de Roméo et Juliette pour nous occidentaux.
Un classique de la tradition amoureuse, une histoire qui date de la nuit des temps mais reste présente dans tous les esprits.

Tsui Hark, marqué par une adaptation de la légende vue au théâtre décidera d'en faire son prochain film.
Ici il ne fait pas comme à son habitude dans la surenchère musclée mais préfère dévoiler sa part de féminité.
Il s'adapte aux sentiments et à l'humeur de ses personnages. Pas de sabres, ni de flingues, aucune tuerie mais une belle et simple histoire d'amour filmée comme un enchantement pour nos yeux ébahis. Avec The Lovers, Tsui Hark change de son registre habituel, déroute son public mais signe ici son film le plus beau

L'histoire se divise en deux parties. Chacune à la fois drôle, légère et grave.
Dans la première, nous rencontrons Chuk Ying-Toi, jeune fille mal dégrossie que ses parents désespèrent de bien marier.
L'accès à la culture étant alors l'apanage des mâles, la jeune femme doit se déguiser en homme pour étudier dans une université.
Le thème de l’ambiguïté sexuelle sera donc au centre de cette partie lors de sa rencontre avec le jeune et brillant Leung Shangpak. L'identité sexuelle de ce nouvel arrivant et du trouble qu'il lui inspire lui fera douter de sa propre hétérosexualité. Si l'homosexualité féminine est acceptée comme synonyme d'érotisme, de sensualité, son pendant masculin est l'un des plus grands tabous de la société chinoise. Wong Kar wai s'y essaiera d'ailleurs d'une manière plus frontale avec son Happy together à la même époque.
Le côté androgyne du personnage donnera lieu à des situations d'une cocasserie délicieuse.

Nicky Wu et Charlie Young sont tous les deux habités par leurs rôles. Tantôt graves, tantôt enfantins, ils sont magiques. D'ailleurs ils le seront tout autant dans "Dans la nuit des temps" comédie fantastique tournée ensemble l'année suivante.

La partition de James Wong, qui a réorchestré pour l'occasion l'un des thèmes les plus connus de Chine est partie prenant de l'action et de la vie des personnages. Il réussit à faire fusionner le passé et le présent, la tradition et la modernité. La grâce n'est pas inhérente à l'individu. Elle s'acquiert. Pas n'importe comment mais en laissant parler son cœur et ses sentiments. Tomber amoureux, permettra à notre Leung Shangpak d'atteindre une virtuosité inespérée dans la pratique instrumentale.

N'hésitez pas à vous laisser brûler les ailes comme ses deux papillons l'ont fait en faisant parler l'ardeur de leurs coeurs.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 663 fois
28 apprécient

Rawi a ajouté ce film à 5 listes The Lovers

Autres actions de Rawi The Lovers