👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"Le temps sera le maître de ce lui qui n'a pas de maître" proverbe arabe.

Bien, bien, bien... je peux vous dire que ce n'est vraiment pas simple de donner un avis clair et sensé pour The Master, surtout que je suis complètement d'accord avec mon cher collègue, Mr. H'. Je vais vous donner un ressenti plutôt qu'une analyse. Disons surtout que j'ai la flemme.

J'ai globalement apprécié ce nouveau métrage de Paul Thomas Anderson, un cinéaste que j'apprécie pour l'ensemble de son taf. C'est pas un gland le bougre et il le prouve une nouvelle fois par une réalisation non seulement propre mais aussi originale alternant divers types de caméras ainsi que de cadrages. A ce niveau-là, on peut que saluer le travail. L'histoire qu'il développe est tout aussi intéressante car elle traite d'un pauvre gars dépendant à je-ne-sais-vraiment-quoi-mais-ça-a-pas-l'air-très-bon qui erre de patelin en patelin se prenant des coups de pied au cul par milliers. Bref, c'est un déchet. Par chance (ou pas vraiment), il tombe sur un illuminé qui devient son maître à penser voire à agir. Leur relation est excellement bien jouée par le duo détonnant formé de Joaquin Phoenix (un revenant qui joue presque son propre rôle) et le formidable Philip Seymour Hoffman. On y croit et on en redemande surtout après leur échange au tac-au-tac quand ce dernier fait passer un test de personnalité au premier. C'est juste affolant ! Les autres acteurs sont aussi bons, mais totalement écrasés par le talent des deux principaux, pourtant Amy Adams essaye tant bien que mal de sortir la tête du terrier, mais il n'y a rien à faire. Ils sont trop loin.

Problème, ce film est long. Trèèèèès long. Enfin, disons que ça passe pas vite et on aimerait que ça pète plus. On se demande au bout d'un moment : "Mais où vas-tu Paulo ?" Cela se rapproche plus au délire psychologique qu'à une critique de la société ou de la manipulation (ce que j'espérais). On s'y perd, ou plutôt il nous perd dans les tortures mentales infligées du Maître au Serviteur. Malgré des réflexions non dénuées d'intérêt, on peine à s'accrocher au wagon. Dommage sur ce dernier point qui passe pour une preuve de prétention de la part du cinéaste.
marckpedro
6
Écrit par

il y a 9 ans

The Master
Bex
6
The Master

Critique de The Master par Bex

Si j'écris cette critique, c'est bien plus pour tenter de clarifier mon sentiment vis-à-vis du film que pour réellement lui accorder sa vraie valeur. En effet The Master est le genre de film très...

Lire la critique

il y a 9 ans

91 j'aime

9

The Master
Anyo
9
The Master

Confrontation Mutuelle

Paul Thomas Anderson peaufine son art de film en film. Après la frénésie de ses débuts et de ses films chorales tous impregnés d'une insouciance formelle manifeste, le cinéaste américain semble...

Lire la critique

il y a 9 ans

85 j'aime

6

The Master
guyness
6
The Master

La voie de son maître

Impossible de parler de ce film sans en dissocier absolument la forme souvent somptueuse, du fond pour le moins déroutant, pour ne pas dire abscons. The Master, haute définition La (grande) forme...

Lire la critique

il y a 9 ans

45 j'aime

9

In the Loop
marckpedro
9
In the Loop

Téléphone arabe entre rosbif et big mac.

Aaaah les comédies anglaises, mon petit péché mignon. J'aime cet humour britannique très porté sur le bon mot qui fait mal. J'aime ces situations simples d'apparences mais qui tournent toujours au...

Lire la critique

il y a 9 ans

8 j'aime

Touche pas à mon poste !
marckpedro
1

La mort du 9ème art

Des milliers d'exemplaires vendus quand à côté, des artistes talentueux galèrent. Ou alors les auteurs de cette infâme œuvre avouent que les histoires ont été écrites par les élèves de CM1 de...

Lire la critique

il y a 4 ans

6 j'aime

Gravity
marckpedro
9
Gravity

Dans l'espace, personne ne vous entend crier.

Il est enfin arrivé ce Gravity d'Alfonso Cuaron (le mec qui m'a réconcilié avec Harry Potter le temps d'un film, qui m'a claqué la tronche avec le plan séquence des Fils de l'Homme, bref pas un...

Lire la critique

il y a 8 ans

5 j'aime