L’excellence au conditionnel

Avis sur The Master

Avatar Owen Archinet
Critique publiée par le

Paul Thomas Anderson, un réalisateur aveuglé par sa propre mégalomanie, voila le défaut qui lui coûte très cher dans ses derniers films, ce qui est terriblement dommage. Car J’aimerai me dire que ce film est mauvais, ou bien qu’il est excellent, mais il n’est ni l’un ni l’autre, juste les deux à la fois, je pense que c’est le pire : un non aboutissement d’un gros potentiel.

The master commence bien, il va crescendo, il arrive même à devenir excellent, à devenir mélancolique, bouleversant, émouvant et que dire de ces deux fabuleux acteurs : Phillip Seymour Hoffman et Joaquin Phoenix se mêlant à la perfection dans cette ambiance intemporel, ou rien n’existe, sinon que leurs charismes et cette histoire prenant une tournure toute particulière, nous laissant l’espoir de penser que nous sommes en train de voir un chef d’œuvre. Le cœur s’emballe, le sourire nous monte aux lèvres, on s’apprête à applaudir puis…
vient la seconde partie de l’histoire.

Celle que Paul Thomas Anderson ne comprend pas lui-même, mais qu’il tente désespérément d’expliquer au peuple dont il pense se détacher. Nous avons à faire à une succession de scènes injustifiables mais maintenu tant bien que mal par le jeu exemplaire des deux stars et une direction de la photographie superbe.
Des paroles fuitant dans le vaste vide de l’ignorance, des exercices de styles sans finalités et une fin qui arrive à l’essoufflement le plus total du récit. Même si cette dernière parvient à toucher une dernière fois (encore et toujours) grâce à ces deux hommes bien plus crédible que le film en lui-même

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 111 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de Owen Archinet The Master