The Shitty Demon

Avis sur The Neon Demon

Avatar Mathias Leroy
Critique publiée par le

De retour après le barbant Only God Forgives (et je me trouve bien gentil à l'affubler d'un tel adjectif), Nicolas Wending Refn n'a toujours pas pris sa pilule et nous refait avec The Neon Demon le coup de la branlette visuelle sans apporter d'amour, de la forme sans le fond.
En effet, si -par mégarde- l'on gratte la surface de ce film constitué de jolis plans à la composition et à la lumière irréprochables (si l'on fait fi des lens flares par milliers), on se retrouve seulement avec un grand vide de 2 heures. La vacuité du propos de The Neon Demon corrobore avec la prétendue critique qui y serait faite de l'univers du mannequinat où tout ne serait que superficialité et vanité. Si l'on suit cette logique, il faudrait filmer un mur blanc pendant 8h pour faire un film sur l'ennui ?
Le personnage principal débarque fraîchement à Los Angeles et attire les convoitises de ses pairs mannequins (quasiment robotiques) et s'en rend compte. Voila ce à quoi aboutit 1h30 de film. Ensuite, NWR (allez, je lui fais plaisir, j'utilise ses initiales comme il le fait prétentieusement dans son générique à la manière d'un Yves Saint-Laurent) part dans son délire adolescent d'étudiant en cinéma qui veut choquer pour choquer dans un final grand guignolesque avec du sang, du cul et des néons.
Si l'on veut sauver le film, on pourra bien y retrouver l'histoire de Kronos, dieu grec assimilé au temps, qui dévore ses enfants qui risqueraient de le remplacer sur le trône, tout comme les mannequins dévorent littéralement leur concurrente afin de s'imprégner de son corps et de son succès. Malheureusement pour le petit Nicolas, des plans bien cadrés et mis en lumière ainsi qu'une paire de musiques intéressantes calées sur des séquences clipesques qui semblent interminables ne suffisent pas à faire un bon film. Les objectifs des personnages ne sont pas clairs, ces mêmes personnages ne sont en aucune manière attachants et peuvent donc mourir dans l'indifférence du spectateur la plus totale.

Pour conclure ...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 274 fois
5 apprécient · 3 n'apprécient pas

Autres actions de Mathias Leroy The Neon Demon