Liam Neeson prend le train.......

Avis sur The Passenger

Avatar Philippe Quevillart
Critique publiée par le

Liam Neeson a 60 ans. Liam Neeson est un courtier en assurance qui se fait licencier par un petit enfoiré de chef de service prétentieux comme il en pleut dans ce monde d’enflures. Liam Neeson a une famille a nourrir, un crédit à rembourser, des études à payer pour son fils. Liam Neeson broie du noir.

Alors Liam Neeson prend les transports en commun !... malheur !... à chaque fois que Liam Neeson prend un avion, un train ou le métro ça vire au pugilat. Liam Neeson rencontre alors Madame Warren qui lui propose un jeu qui tourne au vinaigre. Alors, Liam Neeson se bat, saute d’un wagon à un autre, prend involontairement tout un train en otage.

Jaume Collet-Serra est un réalisateur plutôt doué pour faire monter le suspense et gérer l’espace-action dans ces diverses œuvres, qui la plupart du temps ne font pas dans la dentelle et ne s’embarrasse pas trop d’atouts psychologiques. Son cinéma est dédié à la résolution de problèmes par des gens qui y sont confrontés. Ici, et pour la troisième fois, c’est Liam Neeson qui s’y colle.

Alors que le script, chez ce cinéaste, a toujours malgré une certaine légèreté était contrebalancé par une certaine d’ose d’adrénaline et un vrai sens du découpage et une maîtrise de l’action, cette fois-ci il explose totalement, au détriment d’une succession de scènes presque surréalistes d’excès et de maladresse, tout ça desservi par un scénario brouillon et une surdose d’effets pompeux.
Liam Neeson fût l’homme qui parti se friter avec des loups, muni de bracelets en tesson de bouteille, dans le remarquable Territoire Des Loups. Malgré son âge commençant à le faire rentrer dans la 3ème catégorie de cet impitoyable cycle de vie, il possède une vraie prestance et se trouve être plutôt bien gaulé quand il s’agit de se friter, de venger les siens ou de régler des problèmes de transport en commun. Cette fois-ci, le tour est complètement raté.
L’osmose ne prend jamais, faute à un scénario grotesque et à une mise en scène préférant la surdose d’adrénaline et d’épate, totalement ratée par ailleurs, à un juste équilibre qui fait souvent la différence dans les séries B de qualité.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 147 fois
1 apprécie

Autres actions de Philippe Quevillart The Passenger