👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Alien et Predator. Les deux parfaites forment de vie extraterrestres. Deux monstres du cinéma qui ont marqué leur époque et continuent aujourd'hui de faire le bonheur des studios, aux détriments des cinéphiles. Ridley Scott et John McTiernan insufflaient de leur pâte et de leur maîtrise dans deux films au rythme et à l'atmosphère oppressante pour ceux qui arboraient fièrement leur 12 ans. Si Alien: Covenant, dernier en date ne rendait pas justice à la franchise tout en essayant de s'y conformer, on peut dire que The Predator nous laisse le même ressenti de gâchis malgré une tentative de Shane Black d'y insuffler son humour et sa maîtrise des dialogues.

D'entrée de jeu, on ne fait pas dans la dentelle et le côté presque intimiste et furtif du plus ignoble chasseur de l'espace surprend. Certes, avec les deux tentatives précédentes, l'heure n'est plus à la découverte d'un ennemi invisible mais est-ce vraiment une raison pour y aller en fanfare ? Revoir le premier opus confirme immédiatement que non. On peut savoir à quoi s'attendre sans pour autant envoyer valser un certain mystère. Ainsi, on se retrouve donc immédiatement sur terre avec une confrontation éclair entre notre futur héros et le charcuteur de l'espace. De là, tout va très vite et on se retrouve sur les rails de la série B tout ce qu'elle a de plus consensuelle. Equipe de militaires timbrés et loufoques à la personnalité purement esthétique : des gros bras qui n'ont pas forcément la lumière dans toutes les pièces. Quoi de mieux finalement que des têtes brûlées pour un combat perdu d'avance. Quitte à mourir, autant que ce soit sans crainte et avec panache.

Alors oubliez la tension, la "chasse", Shane Black tente ici quelque chose d'original qu'il faut bien lui reconnaître. Première victime du Predator dans le film de 1987, le scénariste et réalisateur inspiré (L'arme fatale et Last Action Hero au crayon, Kiss Kiss Bang Bang et The Nice Guys à la caméra) donne au film sa pâte entre humour, dialogues et situations décalées. Hors contexte, ça marche et on se marre mais difficile d'oublier d'où on vient.
Il faudrait presque appréhender ce 4ème opus comme un reboot plutôt qu'une suite. Un reboot qui ne manque pas d'aligner les clins d'oeil à ses prédécesseurs. Mais difficile lorsqu'on a frémit dans la jungle aux côtés d'Arnold et de sa bande de joyeux drilles de faire abstraction du passé. Pour autant, lorsqu'on se force, The Predator a quelque chose de divertissant même si on est très loin de la virtuosité d'un McTiernan derrière la caméra. Ici, la menace est ce qu'elle est, ni plus ni moins. Une bestiole qui prend plaisir à massacrer avec style, peut-être un brin complexée par sa gueule de Tonton David au lendemain d'une soirée un peu trop fournie en psychotropes.

Dommage que le scénario n'ait pas été différent et un poil plus simple finalement car à trop tenter de nous surprendre, Shane Black nous pond un ovni tiré par les dreadlocks où les tenants et les aboutissants parfois risibles ne servent que de prétexte à l'utilisation d'une icône d'un cinéma fantastique qui a fait la grandeur de la fin des années 80, début 90.

il y a 3 ans

The Predator
starlord09
7
The Predator

Blacksploitation (Black review sans spoils)

BLACK STYLE Posez-vous la question : Depuis quand avez-vous vu ne serait-ce qu'une once d'idée décalée ou subversive dans cet océan de blockbusters taylorisés, rutilants et lisses ? Il serait plus...

Lire la critique

il y a 3 ans

72 j'aime

58

The Predator
B_Jérémy
2
The Predator

L'heure n'est plus à la consternation, mais à la GUERRE !!!

Un chasseur sachant chasser doit savoir chasser sans son chien. Lorsque j'ai entendu dire qu'un nouveau film Predator était en chantier et de plus réalisé par Shane Black qui avait incarné...

Lire la critique

il y a plus d’un an

46 j'aime

63

The Predator
Buddy_Noone
3
The Predator

Shame on Shane

Longtemps scénariste fétiche d'Hollywood, Shane Black pouvait jusqu'ici se targuer d'avoir réussi toutes ses réalisations. The Predator est son premier ratage. Pire encore, il s'agit bel et bien d'un...

Lire la critique

il y a 3 ans

32 j'aime

7

The Strangers
Eric_Tesungenie_Hazo
10

What the fuck happened ?!

3ème film de Na Hong-jin, réalisateur de The Chaser qui m'avait déjà époustouflé, et bien c'est une nouvelle fois chose faite avec The Strangers. Impossible d'écrire une critique constructive en...

Lire la critique

il y a 6 ans

8 j'aime

3

Dragon Ball FighterZ
Eric_Tesungenie_Hazo
5

Trop beau pour être trop bien

Ah ça, ils te l'ont vendu à grands coups d'images. Mon dieu, c'est pas vrai, je vais pouvoir jouer à l'anime Dragon Ball Z ! C'est pas vrai ? Si, regardes la dernière vidéo ! Oh. C'est pas vrai...

Lire la critique

il y a 4 ans

7 j'aime

The Lure
Eric_Tesungenie_Hazo
5
The Lure

Dans la pataugeoire

The Lure, Corki Dancingu de son vrai titre, traduisez littéralement avec Google Translate Filles dansant, est un film polonais qui mérite le détour, quoi qu'on en pense. Il fait partie de ces films...

Lire la critique

il y a 2 ans

6 j'aime