Avis sur

The Reader par Julie Splack

Avatar Julie Splack
Critique publiée par le

Adapté du roman éponyme écrit par Bernhard Schlink, Stephen Daldry dévoile un long-métrage puissant, intimiste et déstabilisant sur fond d'après-guerre en Allemagne. Une page qui se tourne sur une époque effroyable, où il ne reste plus qu'à rassembler les décombres et reconstruire à nouveau. C'est dans ce contexte là qu'une histoire passionnelle et inattendue va naître, entre un jeune adolescent et une contrôleuse de tramway de vingt ans son aînée, imprévisible et mystérieuse. L'écart d'âge entre les deux amants est assez troublant au départ, mais c'est finalement ce qui donne toute l'intensité à leur relation. Le réalisateur nous ouvre les portes de leur intimité, livrant des scènes pleines de pudeurs et d'authenticité. Un lien assez fascinant s'échappe de leur relation, aussi étrange soit-elle. Hanna guide Michael dans l'expérience de l'amour et du sexe, et en échange il lui redonne sourire, notamment en lui faisant quotidiennement la lecture. Le personnage d'Hanna a vraiment quelque chose d'intrigant, son visage laissant échapper entre deux sourires des expressions de peur et de tristesse. Kate Winslet offre toute sa grâce et la richesse de son jeu à Hanna. Une performance qui lui a valut d'ailleurs de gagner la prestigieuse statuette, amplement méritée. Le jeune David Kross est également une jolie surprise, endossant son rôle avec beaucoup de professionnalisme et de talent. Après le départ brutal d'Hanna, Michael poursuit sa route tant bien que mal, jusqu'au jour où il la revoit par hasard lors d'une audience, sur le banc des accusés. Le film prend toute son ampleur dans cette seconde partie, car c'est une toute nouvelle Hanna que l'on entrevoit ici. En même temps que Michael, on lui découvre un passé sombre, celui de gardienne dans un camp de concentration durant la guerre. Hanna se défend mal, semblant ne pas réellement comprendre les questions qui lui sont posés et ce qui lui est vraiment reproché. Elle semble finalement peu consciente du rôle qu'elle a joué dans la mort de nombreuses femmes juives. Pour elle, elle ne s'est contentée que de mener à bien le travail qu'on attendait d'elle. Mais à travers Hanna, se pose la question de la responsabilité du peuple allemand dans la shoah, sur ce que chacun savait, mais préférant souvent ignorer le fléau. On vient alors à se demander qu'est ce que l'on aurait fait à leur place, ainsi qu'à celle d'Hanna. En ayant pris le temps de s'arrêter et d'approfondir la relation de Michael et de la jeune femme dans la première partie de son film, Stephen Daldry parvient à nous faire éprouver beaucoup de compassion pour Hanna, malgré les horreurs auxquelles elle a participé. On se retrouve ainsi dans une position assez inconfortable, puisqu'on se trouve plus touché par le destin d'Hanna que celui des juives déportées, chose assez inédite. Un malaise d'autant plus ressentit par le jeune Michael, découvrant avec désespoir qu'il a aimé un monstre, mais éprouvant malgré ça encore beaucoup d'affection pour elle. Les notions du bien et du mal sont ainsi bouleversés, nous laissant déstabilisé, mais également absorbé par le récit. On dévore le film comme un bouquin qu'on ne peut plus s'empêcher de lire, notamment grâce à une mise en scène sobre et délicate. La construction de long-métrage est faîte de flash-back, alternant sans cesse entre la période adolescente et l'âge adulte de Michael (Interprété par l'excellent Ralphes Fiennes). Ainsi, au fur et à mesure que les révélations sur le passé d'Hanna se dévoile, on parvient à mieux cerner le personnage de Michael adulte, ne pouvant oublier cette passion, ni l'embrasser à nouveau. Le long-métrage livre également un splendide rebondissement, inattendu pour ma part bien qu'il soit possible de le deviner au préalable. Pour conclure, après Billy Elliot et The Hours, Stephen Daldry fait des étincelles avec cette adaptation intense, déchirante, émouvante, s'abstenant de toutes réponses, évitant tout manichéisme.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 626 fois
4 apprécient

Autres actions de Julie Splack The Reader