👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Ce film est un paquebot sur un (trop) long fleuve tranquille.

J'ai beaucoup apprécié les 30 premières minutes.
Inarritu arrive à nous faire rentrer dans ce monde très facilement. Au bout de ces trente minutes, j'en suis sorti tellement souvent ...

Quand est ce qu'il meurt bordel ?
D'accord c'est un survival. Ou presque. 20th Century Fox nous vend ça comme un film d'aventure et un western. Je n'ai vu ni l'un, ni l'autre.
C'est l’histoire (attention imbroglio) d'un trappeur qui a un fils fait avec "l'ennemi" donc il est rejeté par un de ses compagnons qui le laisse pour mort mais ils sont tous poursuivis par des Sioux et veulent tous soit des peaux, soit des chevaux, soit du fric ... (sauf le gentil revenant qui a vu Dieu et qui ne veut que venger son fils)
DiCaprio se bat avec des animaux, fait des chutes vertigineuses, affronte des tempêtes de neige et des rivières glacées mais se soigne sans problème grâce à des flash-back contemplatifs, et des petites plantes vertes, mousses et autres lychens. Rien que ça.

C'est du cinéma. Soit. Invraisemblable d'accord. Mais divertissez moi ! C'est l'histoire d'un mec qui rampe et qui bave. Disons le clairement si DiCaprio à une récompense ce sera pour un homme qui, pendant 2h00 rampe, bave, crie ; rampe, bave, crie ; rampe, bav... Le quatrième mur se tâche des sang, de bave et d'eau, pour faire plus réaliste, plus documentaire. C'est inutile. En effet, Inarritu annule cela avec des rêves oniriques remplis de symboles qui nous éloignent de la difficulté de la quête du revenant. de De plus, le contexte est au climax du cliché. Les grands méchants sioux scalpeurs de cuirs chevelus, les pas beaux canadiens immoraux, les hommes blancs barbares et assoiffés de domination. Passer du film chorale remplit d'histoires, principales et secondaires à des films de plans séquences qui ne suivent qu'une idée performative, qu'une histoire vide, mais des paysages somptueux, ça ne rassasie pas le spectateur qui vient pour être un minimum bousculé. Ce film est un paquebot de lourdes performances techniques sur un (trop) long fleuve tranquille scénaristique.

Il n'y a pas de finesse dans ce film. Les symboles sont sur exploités (escargot, lune, église, ...). Le seul véritable personnage qu'arrive à saisir Inarritu de manière remarquable (mais en trop grande quantité) c'est la nature. La nature est un des personnages du film. Mais elle ne rompt pas avec l'aspect animal de l'homme. Elle est partie intégrante de la violence du film. Le réalisateur fait plus de gros plans sur les gouttes d'eau que sur le visage de sa star : DiCaprio.

Inarritu veut se montrer maître du cinéma contemplatif. Très bien, c'est beau. Beaux paysages, belles musiques, jolis bruits. Mais les prouesses filmiques sont en trop bien souvent et rendent le film lourd et prétentieux. Inarritu se regarde filmer. De plus, je n'ai eu de plaisir à détester ou d'empathie pour aucun personnage, si ce n'est celui joué par Will Poulter.

La bande annonce promettait un rythme très soutenu. Le spectateur aura des prouesses esthétiques de plans séquences en extérieur (merci Emmanuel Lubezki) mais n'assistera qu'à une comptine sans rythme sur l'histoire d'un homme qui a perdu son fils, et qui crie dans la neige à qui le vengera.

Echaper
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Oscar du meilleur film 2016

il y a 6 ans

3 j'aime

The Revenant
Fritz_the_Cat
8
The Revenant

Marche funèbre

Ce n'est pas très conventionnel, mais commençons par une mise au point entre rédacteur et lecteurs : je fais partie des rares personnes qui n'ont pas aimé Birdman, le précédent travail d'Alejandro...

Lire la critique

il y a 6 ans

173 j'aime

44

The Revenant
Peaky
9
The Revenant

Immersion totale.

Passé l’exercice de style, accompli avec un brio rafraîchissant et sans précédent, de Birdman, Inarritu revient avec une œuvre, toute aussi maîtrisée, mais plus complète. Dès l’une des premières...

Lire la critique

il y a 6 ans

112 j'aime

18

The Revenant
Gothic
7
The Revenant

Die Hardy: with a Vengeance

Pfiou ! Quel après-midi mes aïeux ! Je dis ça mais je n'ai pas la moindre idée de l'âge moyen de mes chers lecteurs. Tiens, en voilà une question qu'elle est bonne ! Quel âge avez-vous, chers...

Lire la critique

il y a 6 ans

100 j'aime

31

Willy 1er
Echaper
7
Willy 1er

Caudebec City

Daniel Vannet, est un homme comme tout le monde. Un jour il ira à Caudebec, un appartement il en aura un, des copains aussi et puis un scooter. Et il vous emmerde. A moins que ce ne soit Willy ...

Lire la critique

il y a 5 ans

17 j'aime

1

Jackie
Echaper
8
Jackie

Autopsie véritable du renouveau.

22 Novembre 1963 : John F. Kennedy, 35ème président des Etats-Unis, vient d’être assassiné à Dallas. Sa veuve, Jacqueline « Jackie » Kennedy, tente de se ressaisir. Elle a quatre jours pour préparer...

Lire la critique

il y a 5 ans

9 j'aime

4

Mademoiselle
Echaper
9
Mademoiselle

Doux et sucré.

Apres Old Boy (Grand Prix à Cannes 2004), Lady Vengeance, Thirst et Stoker, le réalisateur coréen Park Chan-Wook revient avec une oeuvre surprenante et sublime. Après Stoker, et son excursion dans le...

Lire la critique

il y a 5 ans

9 j'aime

3