Avis sur

The Social Network par pierrick_D_

Avatar pierrick_D_
Critique publiée par le

Un soir de 2004,dans un bar de Boston,Erica largue brutalement son copain,un connard de geek arrogant à moitié autiste.Le gars rejoint sa piaule d'étudiant à Harvard et se met à dénigrer son ex sur son blog.Puis,mis en appétit par cet exploit et mu par sa haine des femmes,il enchaîne en piratant les trombinoscopes de l'université,dans lesquels il sélectionne les photos des filles avant de les classer en fonction de leur physique puis de balancer le tout sur internet.L'opération connait un succès foudroyant,les élèves masculins de Harvard trouvant ça très fun,et le nerd devient illico une star du campus.Ce qui lui vaut d'être contacté par les frères Winklevoss,des fils à papa désirant créer un site de rencontres interne à l'école,pour développer leur projet.Mark Zuckerberg,puisque c'est de lui qu'il s'agit,accepte la proposition.Mais il ne le fait que dans le but de bloquer l'avancement des travaux de ses commanditaires.Et pendant qu'il les fait lanterner,il bosse,avec son pote Eduardo Saverin,sur son propre projet.C'est ainsi que ce petit génie de l'informatique va créer Facebook.Un film de deux heures sur la genèse de ce célèbre réseau social,ça avait de quoi rebuter.Mais quand on sait que David Fincher est à la manoeuvre,on s'inquiète déjà moins,ce réalisateur parvenant à rendre attractif n'importe quel sujet en en extrayant imparablement tout ce qui en fait la force et l'intérêt.Il s'appuie ici sur un formidable scénario d'Aaron Sorkin qui relate le procès intenté à un Zuckerberg devenu multimilliardaire par les Winklevoss et son ex seul ami Saverin.Les scènes de tribunal sont entrecoupées de flashbacks matérialisant les évènements évoqués lors des débats,tout ceci atteignant l'intensité d'un véritable thriller.A noter toutefois que,bien qu'on suive globalement,certaines choses échappent à la compréhension si on n'est pas féru d'informatique,d'économie et de droit.Bon,pour être sur Facebook,ça va pas plaire à grand-monde mais tant pis,il faut être ou très con ou complètement désespéré,ou y avoir un intérêt particulier comme les vedettes du showbiz.C'est ce que démontre le film,sans le dire clairement car il est contre-productif d'insulter son public,en mettant en évidence l'osmose existant entre Zuckerberg et sa création.Car,ainsi qu'il est dit dans les dialogues,l'argent n'intéresse pas Mark.Il a créé le réseau pour lui-même.Ce type est un génie mais également un psychopathe et un sociopathe.C'est un étudiant plus à l'aise devant un ordi que dans le monde réel,c'est un mec incapable d'établir des rapports humains à peu près corrects avec qui que ce soit.Il ne peut pas parler normalement à quelqu'un,il ne plait pas aux filles,il n'a pas d'amis.Qu'il ait créé Facebook n'a donc rien d'étonnant finalement,parce que c'est ce qu'il a trouvé de mieux pour communiquer et se raccrocher au monde réel.Car Zuck,malgré sa façon d'être particulière,veut comme les autres être aimé et reconnu,ce que lui offre son invention.Il est devenu célèbre et peut désormais choper des gonzesses et être universellement admiré,en dépit de ses problèmes psychologiques et d'un physique pas facile.Fincher et Sorkin ont fait le choix de montrer Zuckerberg tel qu'il est,sans chercher à élucider pourquoi il est ainsi.On ne saura rien de sa famille ou de son enfance,on ne voit qu'un homme seul.Que s'est-il passé?Bercé trop près du mur,Mark?Maman ne venait pas le border le soir?Papa lui a mis la main dans la culotte?Allez savoir,toujours est-il que le gars est perturbé et manque terriblement d'affect.Et il a parfaitement,plus par instinct que par calcul,saisi et épousé une époque dont il est un emblématique symptôme.Nous vivons dans un monde où il n'est question que de communication mais où les gens ne se sont jamais sentis aussi seuls et n'ont jamais eu autant la sensation de ne pas exister et de ne pas compter.D'où le succès de Facebook,réseau de nature à combler,artificiellement et de manière illusoire,la solitude et le narcissisme galopant de gens déboussolés cherchant vainement à échapper au vide et à l'anonymat à travers les amis virtuels et le déballage intime de leurs vies sans intérêt.Facebook,le livre des visages.Eh oui,ce n'est que ça,montrer sa gueule,en espérant que ça intéresse quelqu'un,quelque part.Ce n'est pas un hasard si la première idée de Mark a été de pirater des trombinoscopes.Facebook n'est rien d'autre que la modernisation de ce bon vieux trombinoscope,en plus développé et plus détaillé,appliqué à internet.En fin de compte,Zuckerberg a juste projeté son mal-être dans son ordinateur et rencontré du même coup des millions de gens qui n'attendaient que de pouvoir faire pareil.Bon endroit,bon moment,bonne idée.Quoi qu'il en soit,et qu'on aime ou pas Facebook,son créateur aura contribué à façonner les mentalités des populations du 21e siècle.Le film résume de manière saisissante le désarroi et les motivations de son héros lors de la dernière scène qui voit Mark,isolé dans un bureau désert du tribunal,en train de pianoter sur son ordi.Quand Fincher nous dévoile l'écran,on s'aperçoit qu'il est sur le profil Facebook d'Erica et qu'il tente sans succès de s'y faire admettre comme ami.Lui,l'inventeur et le patron de la boîte,celui qui piétine les autres sans même s'en apercevoir,refusé par la seule personne dont il voudrait être proche.C'est le rappel du choc originel et la boucle est bouclée.Accessoirement,cela indique l'incompressible puissance du réseau.Erica,qui déteste Mark et ignorait délibérément sa création,a fini elle aussi par succomber,elle aussi est sur Facebook.Fincher a réuni avec un incroyable flair une équipe de jeunes acteurs qui vont tous exploser dans les années suivantes.Jesse Eisenberg est prodigieux dans le rôle principal,incarnant magistralement l'opacité et la rugosité d'un personnage autocentré emmuré en lui-même.Le chanteur-acteur Justin Timberlake brille dans la peau du flamboyant et parano affairiste Sean Parker,le créateur de la défunte plateforme de téléchargements musicaux Napster.Andrew Garfield n'a jamais été aussi convaincant qu'en interprétant Eduardo Saverin,l'ami blessé et trahi de Zuckerberg.Deux ans plus tard,il endossera le costume de Spiderman.Et les personnages secondaires sont joués par de futures stars.Il y a là Armie Hammer,qui sera le Lone Ranger trois ans après,et Rooney Mara,à qui Fincher confiera un rôle beaucoup plus important dans "Millenium",où elle sera Lisbeth Salander.Est présente également Dakota Johnson,la future héroïne,cinq ans plus tard,de "50 nuances de Grey".Apparait aussi l'excellent Wallace Langham,rat de laboratoire dans la série "Les experts".

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 142 fois
Aucun vote pour le moment

pierrick_D_ a ajouté ce film à 1 liste The Social Network

Autres actions de pierrick_D_ The Social Network