Avis sur

The Social Network par jokerwoman

Avatar jokerwoman
Critique publiée par le

Le film le plus attendu de l'année, et pour de bonnes raisons. Fincher à la réalisation, qui malgré sa bouse Ben Button, s'est plutôt bien, voire très bien tenu entre Alien 3 et Zodiac, et le génie Sorkin au scénario (mon adoration de ses dialogues est tout à fait justifiée -> The West wing).
Le film commence très fort : une scène de dialogue entre Mark Zuckerberg et sa copine, hyper rapide, hyper efficace. On se dit qu'Aaron (Sorkin) n'a rien perdu de sa superbe.
Le petit Mark se fait larguer alors, ni une ni deux, il se lance dans la programmation d'un site pour comparer les gonz d'Harvard, et fait planter le serveur. Je vous passe les détails, mais après s'être vu proposer le développement d'un réseau social interne à Harvard, il décide plutôt de monter le sien dans son coin, sans pour autant décliner la proposition sus-mentionnée.

L'intrigue du film se joue ici : Mark Zuckerberg a-t-il volé l'idée de Facebook à des jumeaux champions d'aviron et ensuite floué son meilleur pote et co-fondateur du site? Alors qu'on suit ses deux procès et interrogatoires en huis clos, on revient en flash-back sur l'ascension du site et du Mark.

Même si le film ne prend pas réellement parti, Zuckerberg ne passe pas pour un enfant de coeur. Au départ, c'est même plutôt un minable qui a pour seule qualité d'être un nerd, et s'en sert pour se venger de la vie. Pas illogique cependant, qu'un mec qui ne brille pas par sa grandeur d'âme fasse un tel pari sur les vices qui poussent aujourd'hui 500 millions de personnes dans le monde à aller checker le statut de son ex, ou se délecter de ses 8 likes sous son statut.

Mais Zuckerberg n'est finalement qu'un (vieil) ado, un peu con et un peu mesquin qui a besoin d'être flatté pour voir regonflé son égo (ce qui lui arrive assez peu), et veut à tout prix que son site reste "cool". Et c'est souvent le plus intelligent dans la salle, et sûrement le plus couillu (quoi qu'il n'a pas l'air de faire grand usage de cette partie de son anatomie). Il fait les choses que d'autres pensent faire, et il n'y met pas la manière, ce qui a le don d'agacer ses petits camarades. Jesse Eisenberg est parfait dans le rôle de celui que tout le monde déteste, mais qui reste persuadé d'avoir raison, chiffres à l'appui. La finesse de son jeu permet de ne pas en faire un caricatural Gordon Gekko, et c'est heureux.

A plusieurs reprises j'ai lu qu'on reprochait au film de simplifier un peu trop les choses : MZ crée facebook parce qu'il se fait larguer. Mais, que je sache, se faire larguer a bien poussé Rick à ouvrir un café à Casablanca, et à l'époque ça gênait personne. (Je sens bien que je vais me prendre des cailloux après cette comparaison douteuse, et je tiens à préciser que je ne compare pas, justement, mais révèle simplement l'absurdité du propos).

Du côté des flash-backs, la narration est très efficace, l'histoire est bien menée, rythmée, et tous les acteurs trouvent leur place dans cette ascension vertigineuse qui les dépasse. David Fincher sait faire avancer tout son petit monde sans se disperser, et réaliser de très belles scènes. Pour l'exemple la course d'aviron (ouais je déconnais pas quand je parlais d'aviron tout à l'heure) sur fond de Peer Gynt d'Edvard Grieg, comme un point d'orgue au milieu du film, onirique.

Les huis-clos sont en revanche beaucoup moins convaincants. Là où la plume de Sorkin aurait du faire des ravages, elle se laisse aller à une partie de ping-pong classique qui, sans être ennuyeuse, aurait mérité plus de rythme et de mordant. Les face à face tendus manquent par ailleurs de soutiens intéressants : les avocats (et la stagiaire) n'apportent ni aux personnages qu'ils soutiennent, ni à leur propre partie.
Dommage. Car sans handicaper le film, ils sont une source de frustration énorme pour quiconque a vu ne serait-ce que les cinq premières minutes de The west wing. Aaron, tu peux faire mieux, on le sait, alors applique toi, merde.

Bref, tout ça pour dire que c'était bien, quand même.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 754 fois
23 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de jokerwoman The Social Network