👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Le 28 mai 2017, The Square de Ruben Ostlünd reçoit des mains de Pedro Almodovar la Palme d'Or, au nez et à la barbe de Michael Haneke (Happy End), Yorgos Lanthimos (La mise à mort du cerf sacré) et j'en passe. La réputation du cinéma suédois est grandissante avec des chefs-d'oeuvre comme Morse, Sebbe, Une histoire d'amour suédoise, Mr Ove...

Contrairement à ses acolytes autochtones, le cinéaste nous décrit la haute bourgeoisie suédoise et plus précisément le milieu de l'art contemporain à partir d'un simple vol de téléphone portable.
Ce dernier est passionné par la satire et à travers son film on remarque qu'il aime enchaîner des regards sociéto-humoristiques et satiriques sur des êtres humains perdus. Le thème de la justice, de la revanche ou de l'équité des actions commises est d'ailleurs récurrent.
Toutefois, je crois que le personnage et le monde de l’art qui sont présentés sont la figure d’une bien-pensance élitiste moderne totalement déconnectée du réel, qui n’agit pas, qui agit mal et qui au fond reste hypocrite puisqu’elle ne comprend pas le sens humain véritable de ses paroles, ni même le sens de la valeur monétaire qu’elle donne aux choses. De plus, au fond ils se comportent comme des bêtes et ce en toute impunité.
J'en arrive donc à cette fameuse scène, parmi tant d'autres, qui m'a particulièrement mis mal à l'aise, c'est la scène du performer « homme-gorille ». Une scène de plus de 10 minutes avec une question en suspens « L'Homme, doit-il réagir, prendre position ou rester simplement un spectateur face à.. tout ça » Une sorte d'expérience sociologique totalement imprévisible.

J'arrive dans ce film, comme toujours, avec mes préjugés, mon bagage culturel et moral pour finalement parvenir à n'être plus au clair avec mes idées.

L'art doit-il nous déranger en fin de compte ?

PS : Gros + pour l'utilisation de Genesis-Justice

marius_brachanet
9

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 3 ans

4 j'aime

1 commentaire

The Square
Tonto
4
The Square

Canul'art

Alors qu’il cherche comment faire la promotion d’une exposition d’un nouveau genre, dont le clou du spectacle est un grand carré censé représenter un milieu clos où les passants sont invités à...

Lire la critique

il y a 4 ans

89 j'aime

45

The Square
Vincent_Ruozzi
5
The Square

The Square. And what’s the point ?

The Square est une œuvre taillée pour la compétition. Des questions existentielles, une dose d’humanisme, un regard cynique sur notre société occidentale et en guise de cerise sur le gâteau, le film...

Lire la critique

il y a 4 ans

81 j'aime

7

The Square
pphf
7
The Square

Carré vide sur fond vide* ?

(*En référence à la toile célèbre de Malevich, son Carré blanc sur fond blanc, œuvre suprématiste, ambitieuse et délirante, dérisoire et dramatique quand on sait ce qu’elle a pu coûter au peintre ;...

Lire la critique

il y a 4 ans

71 j'aime

8

Réalité
marius_brachanet
9
Réalité

Archétype de la narration onirique

C'est l'histoire d'un cadreur, incarné par Alain Chabat, qui souhaite réaliser un film de science fiction et qui va donc.. Heu.. BREF ! Avant tout c'est une comédie. Une très grande comédie,...

Lire la critique

il y a 3 ans

6 j'aime

2

Le Mur invisible
marius_brachanet
8

L'autriche ? On veut y aller.

Le Mur invisible est l’adaptation du roman du même nom de Marlen Haushofer, discrète femme au foyer autrichienne des années 60 devenue écrivain presque par hasard. Ce récit court mais ambitieux est à...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime

2

Holy Motors
marius_brachanet
8
Holy Motors

Ectoplasme à goulette

Avant tout, ce film, sorti en 2012 est dédié à sa femme (actrice), qui a mis fin à ses jours quelques mois plus tôt. Monsieur Dupont alias Leos Carax (Anagramme de Alex et Oscar) s'est encore une...

Lire la critique

il y a 3 ans

5 j'aime

1