👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

The Strangers fait l'effet d'une plongée en apnée. 2H40 de pression constante, où Na Hong-Jin ne relâche jamais son emprise sur le spectateur à mesure qu'il enfonce petit à petit une simple enquête policière dans des chemins tortueux. Au départ, rien de particulièrement surprenant pour les habitués du réalisateur des excellents The Chaser et The Murderer ou plus simplement pour les habitués du cinéma coréen: violence explicite, atmosphère glauque, humour un peu lourd. Le début du film semble flotter entre tragédie et comédie, prenant ainsi le temps de poser un décor qui va être furieusement ravagé passé la première heure du film.

Si le cinéma de Hong-Jin se caractérisait déjà dans ses deux premiers films par son ambiguïté morale et sa capacité à laisser derrière soi pas mal de tabous, The Strangers va encore plus loin. Le mal n'a que rarement été représentée avec une telle intensité au cinéma, tant celui-ci semble omni-présent dans chaque plan du film, s’immisçant jusque dans l'arrière plan de scènes à priori triviales. Rapidement, la croisade du personnage de Joon-Goo se trouble, perd tout son sens. En résulte un profond sentiment d'impuissance pour le spectateur: même si on croit tenir quelques minutes un début d'explication, Hong-Jin s'amuse constamment à les remettre en cause, multipliant les twists jusqu'à une dernière demi-heure d'anthologie, où le spectateur se retrouve plongé dans le doute, laissant une fois de plus la place à Hong-Jin de chambouler sa logique narrative pour délivrer une conclusion monstrueusement brillante de nihilisme.

Que subsiste t'il donc de ce The Strangers? Une impression au fond assez paradoxale, tant le film impressionne tant par sa grande maîtrise visuelle et narrative que par sa capacité à prendre les spectateurs par les tripes dans une expérience aussi difficile que profondément grandiose et admirable. Et à nous laisser bouche bée après 2h40 aussi éprouvantes que profondément jouissive, installant définitivement Na Hong-Jin au rang des grands cinéastes contemporains.

il y a 6 ans

10 j'aime

1 commentaire

The Strangers
Sergent_Pepper
7

Voyage au bout de l’envers

Toi qui entre ici, abandonne tout repère : telle devrait être la devise de The Strangers, qui, s’il file une continuité avec les titres anglophones précédents dans la filmographie de Na Hong-jin,...

Lire la critique

il y a 6 ans

131 j'aime

63

The Strangers
Velvetman
8

The Devil inside Me

Fort de deux premiers films extrêmement prometteurs que sont The Chaser et The Murderer, Na Hong-Jin revient aux affaires avec une nouvelle création qui explore profondément les racines exubérantes...

Lire la critique

il y a 6 ans

96 j'aime

2

The Strangers
SanFelice
10

"On dirait que tu vas en enfer toutes les nuits"

Décidément, les Coréens ont une vision particulière de leur police. Une fois de plus, nous avons ici un policier lourdaud, dont l'intelligence ne semble pas être la principale qualité. Un policier...

Lire la critique

il y a 5 ans

85 j'aime

6

Runaway
TarkovskiNautique
10
Runaway

Monumental

Runaway est un putain de monument, et est sans doute le point d'orgue d'une discographie déjà très impressionnante. Peu de morceaux parviennent en effet à résumer 15 ans de carrière et un personnage...

Lire la critique

il y a 6 ans

20 j'aime

1

Big Fish Theory
TarkovskiNautique
9

Comme un poisson dans l'eau

Depuis ses première mixtapes, il était évident que Vince Staples avait ce "truc", où en un couplet, le mec te donnait clairement l'impression qu'il finirait par sortir un classique. Il suffit...

Lire la critique

il y a 5 ans

19 j'aime

2

Madvillainy
TarkovskiNautique
10
Madvillainy

Comment j'ai appris à ne plus m'en faire et à aimer le sampling

Mes tops 10 ont beau fluctuer au gré de mes découvertes et de mes humeurs, depuis le début, un album reste inamovible tout en haut du classement: Madvillainy. Aux côtés des Donuts du regretté Dilla,...

Lire la critique

il y a 5 ans

15 j'aime

1