👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Fort du succès de Drive, le scénariste Hossein Amini passe derrière la caméra pour une adaptation de Patricia Highsmith. Au casting, trois acteurs dont le talent n'est plus à prouver: un Viggo Mortensen vieillissant, une Kirsten Dunst en quête de projets et un Oscar Isaac en pleine ascension pour un thriller psychologique rétro dans la grèce touristique des années 60.

The Two Faces of January est beau, techniquement on est proche du charme qu'avait conféré Minghella à son adaptation de Monsieur Ripley en 1999, couleurs chatoyantes à l'étalonnage marqué, transcendant le charme de la côte méditerranéenne pour une intrigue fouillée dans une époque certainement glamour. Marcel Zyskind garde en tête l'histoire qu'ils racontent avec le réalisateur et nous exonère de shaky-cam actuelle qui serait mal venu dans un tel récit, au profit de cadres propres et fort agréables à l'oeil.

Malheureusement, The Two Faces of January pêche sur son travail d'adaptation. Hossein Amini nous offre un scénario dont les principales qualités viennent de l'ouvrage éponyme de Highsmith, pourtant connue pour son travail sur la psychologie de ses personnages. Anthony Minghella parvenait à creuser dans cette veine pour son inégal Mr. Ripley, Hossein Amini se contente d'une adaptation épurée (sans blague?) pour ne pas dire simpliste. Il en résulte un film fort agréable à l'oeil, mais qui semble sorti tout droit d'une Majors au début des années 60. Non pas que le cinéma de cette époque soit mauvais, loin de là, simplement que certains éléments peuvent paraître aujourd'hui capillo-tractés même dans les meilleurs films.

Le trio d'acteurs parvient à nous emmener sans trop de peine jusqu'au bout du récit, pour un happy-end étrange, qui rend caduque la mise en scène du réalisateur, rendant totalement confus le développement du personnage de Mortensen. Sans doute était-ce écrit ainsi, mais Hossein Amini peine tout de même à nous convaincre tant son adaptation nous semble datée.
ArthurMonkeyman
6
Écrit par

il y a 7 ans

1 j'aime

The Two Faces of January
grainenirom
5

Critique de The Two Faces of January par Graine De Courge

De ce film il ne restera pas grande chose finalement. Hossein Amini - le scénariste de Drive - nous livre un film au scénario un peu faiblard. De ce film on ne retiendra que ces acteurs, le trio...

Lire la critique

il y a 8 ans

14 j'aime

The Two Faces of January
Philippe_Delaco
6

The Two Faces of January

Un bon film de fin d'après midi d'été. Quand le temps est lent, qu'il est encore trop tôt pour boire un Ouzo, trop tard pour travailler et qu'il fait trop chaud pour se balader. Très classique dans...

Lire la critique

il y a 8 ans

12 j'aime

The Two Faces of January
BMR
4

La femme ou la valise ?

Premier film de Hossein Amini, le scénariste de Drive, The two faces of January, est un polar un peu mollasson qui veut reproduire le charme, le ton, les ambiances, les couleurs, des films noirs...

Lire la critique

il y a 8 ans

10 j'aime

Demain ne meurt jamais
ArthurMonkeyman
8

C'est Remington Steele, il a une moto et il joue à Tigre Et Dragon avec Une Desperate Housewive

Ne voulant pas forcément citer Claude François, je dois reconnaître que Tomorrow Never Dies est le mal-aimé de l'ère Brosnan. Et je ne sais pas pourquoi...Tout le monde se souvient de la scène du...

Lire la critique

il y a 9 ans

12 j'aime

2

L'Empire contre-attaque
ArthurMonkeyman
10

La VRAIE Guerre des Etoiles

Réaliser une suite n'est jamais chose aisée. on compte bien d'avantage de sequels douteux, que franches réussites dans ce domaine. Imaginez en plus que votre film soit le plus gros succès mondial et...

Lire la critique

il y a 9 ans

11 j'aime

1

Les Dents de la mer 4 : La Revanche
ArthurMonkeyman
1

Ô La Belle Prise!

Vous pensiez que ça ne pouvait être pire que la dernière fois…vous pensiez en avoir terminé avec les requins…vous pensiez qu'il était sûr de retourner vous baigner…Bah vous en faites pas, c'est juste...

Lire la critique

il y a 9 ans

10 j'aime