👉 27 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

ATTENTION ! Nouvel arrivage coréen sur nos terres occidentales, "THE VILLAINESS" a déjà la forte réputation de "game changer" dans le paysage du cinéma d'action global (comprenant donc les films d'actions orientaux et occidentaux), le film ayant bénéficié d'un excellent bouche à oreilles aux USA !

Bon, on a déjà eu affaire à ce genre de communication très fiévreuse, pour le meilleur (le trailer de "MAD MAX : FURY ROAD" aura retourné à lui seul un bon paquet de gueules et un nombre incalculables de culs) comme pour le pire (le très moche "THE RAID", hypé par une armada de gens bourrés lors du Festival de Toronto), et à ma (très) grande tristesse, je me retrouve à placer cette dernière livraison coréenne dans la deuxième catégorie (hautement subjective, vous en conviendrez).

Car passé une intro bourrine et intense en vue subjective (un exercice de style plaisant mais un peu trop tiré en longueur, ce qui peut finir par agacer par abus de shakycam), on se retrouve propulsé dans un récit très confus, à la narration éclatée (la progression de l'héroïne du film est régulièrement entrecoupée de flashbacks, procédé hyper lourd qui ruine toute implication dans l'intrigue), avec le parti-pris très TRES casse gueule d'avoir fait changer le visage de la protagoniste (pour cause de changement d'identité) et (PIRE !) de verser dans la romance incroyablement cul-cul !

Alors oui, dis comme ça, ça s'annonce être un méga bordel... et ça l'est, indubitablement. Surtout que chaque flashback n'apporte pas forcément des réponses ou des explications à cette intrigue fumeuse d'agents-féminins-méga-secrets-chargées-d'exécuter-des contrats-sous-une-fausse-identité-complètement-inventée ! Pire même, on ne comprend même plus les motivations de chaque personnage, certains changeant de camp après avoir été tué... puis être revenu à la vie ! Histoire d'être clair et limpide !

Concernant les scènes d'action, la déception s'avère être plus grande encore ! Car toutes ces belles promesses de pugilat nous retournant le cerveau ne sont en fait que de la poudre aux yeux ! C'est bien simple, outre la chorégraphie ruinée par les mouvements de shakycam, le tout est cadré en grand angle, sans jamais s'interroger sur des questions plus primordiales de scénographie ! Alors oui, on a des caméras qui passent sous des motos roulant à fond et quelques plans séquences assez intéressants, mais j'ai trouvé le tout si illusoire !

Car il est important de mentionner qu'avant d'être un cinéaste, le réalisateur Jeong BYEONG-GIL était lui même cascadeur ! On peut dès lors très bien imaginer que notre bonhomme sache utiliser sa caméra afin de réussir d'authentiques scènes d'action, mais malheureusement il semble être incapable de littéralement "mettre en scène" l'action, c'est à dire lui donner une couleur, un rythme, une intensité !

J'ai eu d'avantage l'impression de voir un mec faire joujou avec sa caméra qu'un cinéaste ayant l'intention de réaliser un gros film d'action qui botte des culs !

Vraiment dommage, surtout que le film semble partir sous de très bonnes intentions puisqu'il s'agit également du premier protagoniste féminin pour un film d'action coréen !

BLOODY-COUNT
3
Écrit par

il y a 4 ans

5 j'aime

2 commentaires

The Villainess
Shania_Wolf
7

L'ambition de l'action

C’est sur un (faux) plan-séquence impressionnant de nervosité et de virtuosité que s’ouvre ce ballet féroce. Essentiellement tourné à la première personne, chorégraphié avec précision, ses forts...

Lire la critique

il y a 4 ans

8 j'aime

1

The Villainess
SuicideSnake
4

Oh mais non...

J'avais une certaine attente pour ce film d'action coréen mais j'ai été extrêmement déçu. Pourtant, y a Kim Ok-Vin dedans et je l'aime bien cette actrice mais ça n'était pas suffisant. Tout d'abord,...

Lire la critique

il y a 4 ans

7 j'aime

3

The Villainess
mikeopuvty
7

Le réalisateur qui ne criait jamais "Coupez!"

Vendu comme le film d'action définitif de 2017, The Villainess est surtout mis en avant pour ses plans-séquences étourdissants. Mais bien qu'il ait bluffé pas mal de monde à Cannes, il n'a toujours...

Lire la critique

il y a 4 ans

6 j'aime

Invasion Los Angeles
BLOODY-COUNT
9

ANARCHY IN L.A.

Suite à une série de bides douloureux (surtout après le très noir "Prince des Ténèbres"), John CARPENTER étale toute sa colère contre le système à travers cette satire virulente envers le modèle de...

Lire la critique

il y a 5 ans

6 j'aime

Le Gardien invisible
BLOODY-COUNT
1

LES RIVIERES MONOCHROMES

A force de me suggérer des trucs pareils sur Netflix, je vais tout simplement finir par me barrer de cette plateforme des enfers. "LE GARDIEN INVISIBLE" est indigne des plus faiblardes productions...

Lire la critique

il y a plus d’un an

5 j'aime

4

L'Homme du président
BLOODY-COUNT
7

PANTINS DE POUVOIR

Très inspiré des maîtres étalon du thriller politique américain ("LES TROIS JOURS DU CONDOR" et "LES HOMMES DU PRESIDENT"), "L'HOMME DU PRESIDENT" semble être un film d'une importance historique pour...

Lire la critique

il y a plus d’un an

5 j'aime