AlbaThor

Avis sur Thor : Ragnarok

Avatar Mike Öpuvty
Critique publiée par le

Suite aux Gardiens de la Galaxie, Vol.2, on croyait Marvel bien décidé à faire entrer leurs projets les plus délurés dans des moules de conformisme chiant. Et là Paf ! ils nous envoient des bande-annonces pour un Thor Ragnarok qui promet d'être le successeur de James Gunn, niveau délire.
D'ailleurs je tiens à affirmer ici et maintenant qu'il faut rétroactivement changer le mixage des deux premiers épisodes pour que Led Zeppelin soit officiellement le thème principal du héros Asgardien.

Mais hélas, trois fois hélas, Thor 3 ne tient pas très longtemps ses promesses. Oh, oui il est très marrant, et assume pleinement son statut de fantaisie-multicolore-drolatique, mais sous la surface, pour peu qu'on gratte, il y a une fois encore une structure narrative vue et revue, sans un gramme de surprise. Assez vite, bien qu'hilare, on se rend compte que ça fait un moment que le récit ne mène nulle part, que les trois dernières scènes n'ont rien amené à l'étal, et qu'il n'y a rien dans ce film qu'un monteur compétent n'aurait pu ramené sous la barre des 100 minutes.

Thor arrive chez Jeff Goldblum. C'est rigolo, ça sert à rien. On le met dans une prison circulaire avec des seconds rôles sympas, on rit, ça mène nulle part. On retourne sur Asgard où il se passe à chaque scène la même chose. On revient à Thor à qui il arrive des ennuis rigolos mais vains, et Mark Ruffalo qui s'en donne à cœur joie dans une interpretation Woody Allenesque d'un Bruce Banner dépassé par les évènements...
Tout l'acte II est une enfilade de perles rigolotes venues faire du remplissage.

Non que ce soit un handicap inextricable que d'être un joli collier de perles... Certains films, comme True Romance par exemple, ont su tout miser là dessus. Mais dans Thor 3 les perles finissent par manquer de saveur tant elles sont entre toutes semblables. Qu'est-ce qu'on rigole, mais à quel prix ?

Même les moments qui auraient pu/du provoquer quelque émoi chez le spectateurs, comme la mort des Trois Guerriers, ou la révélation du passé belliqueux d'Odin, sont sacrifiés sur l'Autel de l'Humour à tout crin. Il n'y a d'ailleurs même pas de scène où Thor apprend la disparition tragique de ses amis !

Mais malgré cet impair regrettable, je n'arrive pas à m'énerver plus longtemps contre Ragnarok. J'avoue, j'ai bien ri.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 260 fois
2 apprécient

Autres actions de Mike Öpuvty Thor : Ragnarok