👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Fidèle à ses obsessions, que l’on a peut-être trop vite jumelées avec celles de Cronenberg même si les parallèles sont faciles à faire, Julia Ducournau frappe un nouveau grand coup (encore plus médiatique cette fois en prime) avec Titane, et paradoxalement elle démontre déjà selon moi quelques faiblesses typiques des cinéastes “d’auteur mais de genre” (formule ridicule s’il en est).

Après le très bon Junior (2011) et le non moins excellent Grave (2016), Ducournau poursuit donc sa réflexion sur l’évolution des corps, sur la transgression, sur l’absolution des frontières à la fois physiques et morales. Tout est question de passage chez Ducournau, de l’enfance à l’adolescence, de la norme à sa vraie personnalité, et désormais d’un état humain à… autre chose. Oui, l’univers de Cronenberg est partout chez la cinéaste, mais Titane laisse aussi apparaître une admiration au moins égale à John Carpenter, entre les bagnoles libidineuses à la Christine et le slasher à la Halloween sans oublier, évidemment, cette idée d’un Mal absolu et de corps possédés, infectés et enfin évolués vers une nouvelle espèce pas totalement humaine. Ducournau arrive néanmoins à prouver qu’elle a digéré ses modèles en apportant ses réflexions personnelles, en brouillant les frontières entre eros et thanatos (formule suremployée mais totalement justifiée ici) mais aussi en allant plus loin encore dans son approche. On ne bouge plus les lignes, on brise carrément les cadres : plus d’homosexualité latente, c’est l’étape supérieure, la banalisation ou presque de l’amour libre, sans barrière morale ou physique cette fois.

Hélas ! A trop s’amuser avec ses outils merveilleux que sont Vincent Lindon devant et Ruben Impens derrière la caméra, Ducournau oublie un peu trop d’être rigoureuse par endroits, se paie un énorme kif visuel et délaisse son histoire, et au final se repose pas mal sur ses acquis, d’autant qu’ils sont suffisamment forts pour permettre un film de bonne facture. Tel les modèles précités, Ducournau reste en zone de confort la plupart du temps, tout comme son compositeur Jim Williams, et s’offre une jolie carte de visite supplémentaire après Grave, soulignant à quel point elle est prête à gérer un projet plus ambitieux encore que ce qu’on peut lui offrir pour le moment en France. Du coup le film est fort, percutant, mais la claque ne dure qu’un temps et j’avoue m’être surpris à me sentir un poil frustré de ne pas être plus emporté que ça dans le tourbillon cinématographique que la cinéaste est capable de créer.

Je suis donc impatient de voir son troisième long métrage, pour voir quel chemin la réalisatrice décide de prendre. En espérant ne pas devoir attendre 5 ans pour satisfaire ma curiosité.

Cinemaniaque
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Défi 2021

il y a 8 mois

Titane
AmarokMag
4
Titane

Metal Hurlant

Tout comme Grave, entrée en matière plus remarquée que véritablement remarquable, Titane le deuxième long métrage ultra-attendu de Julia Ducournau se faufile dans la catégorie des films “coups de...

Lire la critique

il y a 10 mois

128 j'aime

8

Titane
micktaylor78
7
Titane

De la haine à l'amour

Découvrir le deuxième long métrage de Julia Ducournau tout juste auréolé de la Palme d’Or à Cannes a forcément un impact sur son visionnage et l’attente que celui-ci peut susciter. Car si on...

Lire la critique

il y a 10 mois

106 j'aime

33

Titane
erem-nolam
8
Titane

Excellent

Je ressors de ma séance cinéma de TITANE de Julia Ducournau.Je l'attendais au tournant après son premier film, GRAVE.TITANE transforme l'essai de son premier film et se hisse 10 crancs au-dessus...

Lire la critique

il y a 11 mois

98 j'aime

2

Frankenweenie
Cinemaniaque
8

Critique de Frankenweenie par Cinemaniaque

Je l'avoue volontiers, depuis 2005, je n'ai pas été le dernier à uriner sur le cadavre de plus en plus pourrissant du défunt génie de Tim Burton. Il faut dire qu'avec ses derniers films (surtout...

Lire la critique

il y a 9 ans

51 j'aime

2

American Idiot
Cinemaniaque
7

Critique de American Idiot par Cinemaniaque

Il est amusant de voir comment, aujourd'hui, cet album est renié par toute une génération (et pas seulement sur SC)... À qui la faute ? À un refus de la génération née début 90 de revendiquer les...

Lire la critique

il y a 10 ans

45 j'aime

3

Hiroshima mon amour
Cinemaniaque
4

Critique de Hiroshima mon amour par Cinemaniaque

Difficile d'être juste avec ce film : il faudrait pour pouvoir l'apprécier être dans le contexte socio-culturel de sa sortie, ce qui est impossible à reproduire aujourd'hui. Je distingue relativement...

Lire la critique

il y a 11 ans

44 j'aime

1