👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Ayant prévu d'aller voir le film, je me suis repassé l'original de 1990. J'ai d'ailleurs écrit sa critique

Par conséquent, les différences et les ressemblances m'ont sauté au visage. Et je pense que cela a sauvé le film, pour moi. En effet, j'ai bien pris conscience du travail conséquent de remaniement du scénario de ce Total Recall (2012). Cela m'a permis de relativiser les défauts.

La trame principale du film est la même que pour l'original : Douglas Quaid, simple ouvrier, s'ennuie un peu dans sa vie quotidienne. Il fait également régulièrement des cauchemars. Tout ceci le pousse à aller chez Rekall, entreprise promettant d'injecter des souvenirs à ses clients pour une somme raisonnable.

Les scénaristes ont fait du bon boulot. Grosso modo, ils ont gardé toutes les scènes cultes de l'original (le dérapage à Rekall, la femme à 3 seins, l'aéroport, la tentative de '"réveil" de Quaid... Ils ont même amélioré certains passages comme l'explication du traceur et l'élimination de la fin scientifiquement aberrante du TR originel. Mais plus que cela, ils ont complètement changé la localisation du film : exit Mars (qui n'est que mentionnée) et bonjour la Terre. Dans le fond, on garde une zone principale et une colonie mais cette fois-ci, le cadre est différent puisque la Terre est pratiquement inhabitable sauf pour l'UFB, correspondant à la Grande-Bretagne, et la colonie australienne. Bon, par contre, ils ont rajouté The Fall, un service de transport qui traverse la Terre et son noyau de fer en fusion plusieurs fois par jour, le tout en 17 minutes ! Mais petit à petit, on se fait à cette aberration et on n'est pas surpris par une aberration à la fin du film (oui, je suis une grenouille qu'on fait cuire à feu doux !). Cependant, j'ai un autre problème avec le manque de masques dans la base des rebelles mais j'ai peut-être mal compris.

Malheureusement, tout ce travail est gâché par une réalisation complètement convenue, des événements attendus, des explosions vues et revues. Bref, un rythme pas original pour 2 sous. Ils ont fusionné Michael Ironside et Sharon Stone en un seul personnage joué par Kate Beckinsale. Le personnage est un méchant bateau mais Kate le joue à fond. J'ai été content de revoir John Cho qui m'avait bien plu dans Flashforward. Collin Farrell est bien plus convaincant que Schwarzenegger à l'époque selon moi. Bien plus adapté pour ce rôle d'agent secret censé pouvoir s'infiltrer partout.

Côté design, c'est techniquement réussi mais il faut faire abstraction de l'influence de Blade Runner qui est ici omniprésente. Parfois, c'est du copier-coller du film de Ridley Scott. Je sais que c'est une oeuvre maîtresse de la SF mais il y a hommage et plagiat. Pour moi, c'est à la limite du deuxième.

En bref, à voir pour les fans de Total Recall. Les autres ne verront qu'un film d'action avec plein d'explosions et de combats de plus.

Allez, un petit paragraphe sur les aberrations scientifiques :

Déjà, on a le tunnel qui traverse la Terre (rappel : le noyau terrestre, c'est du fer et du nickel en 2 phases : une solide et une en fusion).

Ce tunnel est censé relier l'Angleterre à l'Australie par un tunnel rectiligne passant par le centre de la Terre. Or, dans ces conditions, où que soit l'entrée du tunnel en Australie, il déboucherait en plein océan atlantique :

Ensuite, on a les navettes qui traverse la Terre en 17 minutes et une héroïne du film qui passe par l'extérieur de la navette. Déjà , la vitesse de la navette est de 44 500 km/h. Je rappelle qu'on est dans un trou dans la Terre. Il y a donc de l'air et donc des frictions. Il devrait y avoir des flammes partout, si les matériaux résistent. Donc, qu'un être humain sorte dans ces conditions, même sans les flammes, serait impossible. Imaginez, vous pourriez résister avec vos petites mimines à un vent de 44500km/h ?

Enfin, on se retrouve avec une nouvelle astuce à la Tchernobyl puisque l'air vicié s'arrête aux abords de Londres.
Pas de bulle, pas de champ de force ?

sseb22
6
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Les films avec les plus grosses aberrations scientifiques et Les meilleurs films de 2012

il y a 10 ans

68 j'aime

21 commentaires

Total Recall : Mémoires programmées
Saint-John
4

Totale recale

Soit une base de 0 : -2 parce qu'il est où Schwarzie. -2 parce qu'elle est où Sharon. -2 parce qu'elle est où la planéte Mars. -1 parce qu'il est où le type qui jouait dans V. -1 parce qu'elles...

Lire la critique

il y a 6 ans

86 j'aime

15

Total Recall : Mémoires programmées
sseb22
6

Comment gâcher un vrai travail de fond

Ayant prévu d'aller voir le film, je me suis repassé l'original de 1990. J'ai d'ailleurs écrit sa critique Par conséquent, les différences et les ressemblances m'ont sauté au visage. Et je pense que...

Lire la critique

il y a 10 ans

68 j'aime

21

Total Recall : Mémoires programmées
JohnSpartan
2

Le cul de Kate Beckinsale

EH LES LOULOUS, si j'ai pas aimé c'est pas une histoire de fixette sur l'ancien hein. Je passerai sur le fait que comme tous les réalisateurs d'action ou de science-fiction du 3e millénaire, monsieur...

Lire la critique

il y a 9 ans

63 j'aime

6

No Country for Old Men
sseb22
5

Je crois que je n'ai rien capté au film !

"Bizarre, lent, sympa, bon personnages, comprends rien avec leur accent à la con, ambiance sympa, mais c'est quoi ces scènes ???, quoi, ca se finit comme ca ??" Voilà à peu près mes pensées pendant...

Lire la critique

il y a 12 ans

68 j'aime

5

Piège de cristal
sseb22
9

Die Hard de cristal

J'ai toujours été un fan de cette série (bon, surtout les premier et troisième :o). Je dois avouer que le film est marqué "années 80" (cigarette à l'aéroport, arme dans l'avion, les vêtements,...)...

Lire la critique

il y a 11 ans

62 j'aime

13

La Vie des autres
sseb22
9

D'une justesse désarmante

Berlin Est, 1984. Georg Dreyman est dramaturge et vit avec son actrice principale, Crista-Maria. Officiellement, Georg est fidèle au Parti mais le ministre de la culture le fait quand même surveiller...

Lire la critique

il y a 11 ans

55 j'aime

4