Advertisement

Leçon d'histoire passionnante et cocasse

Avis sur Tous au Larzac

Avatar Patrick Braganti
Critique publiée par le

Un des aspects les plus captivants et riches d'enseignement, c'est la trajectoire personnelle d'une communauté de paysans, qui s'avoue elle-même plutôt à droite et conservatrice, rencontrant quelques années après Mai 1968, événement qu'elle vécut de loin et eut plutôt tendance à l'effrayer, des groupes de jeunes étudiants venus le plus souvent de Paris pour la soutenir, mais aussi mettre la main à la pâte. La reconstruction de l'immense bergerie – que le réalisateur filme soudain comme une cathédrale – en atteste, comme l'installation de nouveaux paysans.
Des manifestations délocalisées à la capitale – les flics aux prises avec les brebis récalcitrantes sur le Champ-de-Mars, ça vaut le détour – aux escarmouches avec les militaires qui virent à un jeu absurde du chat et de la souris, Christian Rouaud n'omet aucune des étapes qui jalonnèrent la décennie de combat avec ses moments drôles – l'humour est très présent – mais aussi émouvants. La mémoire d'un des leaders et stratèges du mouvement (Guy Tarlier) aujourd'hui disparu est évoquée par Marizette sa veuve avec beaucoup de dignité.
Ainsi que l'expérience bisontine en témoignait, et au-delà d'avoir obtenu gain de cause, au prix d'avoir parfois mis de côté l'activité principale de la culture et de l'élevage, la bataille du Larzac a permis à ceux et celles qui l'ont initiée d'appréhender et de mesurer les bienfaits de l'engagement, de la solidarité et de la persévérance, mais aussi du choc des cultures et du brassage.
 côté du rappel historique, toujours riche de leçons, que constitue le passionnant Tous au Larzac – et les plans sur les paysages grandioses du plateau confirment qu'il s'agit aussi de cinéma – il y a aussi toutes les passerelles qu'on peut jeter avec l'époque actuelle (les différents mouvements des Indignés à travers le monde seraient sans doute inspirés d'aller découvrir le film). Une utopie qui à force d'acharnement et de refus d'abandon, d'inventions et d'idées devient une réalité. Et une magnifique raison d'y croire encore. Réconfortant.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 197 fois
2 apprécient

Autres actions de Patrick Braganti Tous au Larzac