Black Smiles Matter

Avis sur Tout simplement noir

Avatar Freddy K
Critique publiée par le

Tout Simplement Noir de Jean-Pascal Zadi est un premier film attachant et bancal, un film intelligent et maladroit, un film rempli de douces contradictions qui souffre souvent du symptôme de celui qui à trop vouloir embrasser mal étreint . Pourtant, pour les très (Trop ) nombreuses thématiques qu'il aborde avec force et candeur, pour ses aspérités incorrects et surtout pour le portrait attachant qui finit par se dégager du personnage , Tout simplement Noir est une comédie française qui mérite d'être défendue.

Tout Simplement Noir c'est donc l'histoire de JP un artiste et acteur adepte de vidéos happening sur internet et qui s'interroge sur la condition des noirs en France. Il décide donc d'organiser une grande marche pour les droits des hommes noirs et tente de rallier divers personnalités médiatiques à sa cause.

Tout Simplement Noir est un documenteur, un film qui prend donc la forme un peu hybride d'un reportage tout en gardant une grammaire de découpage, de plans et de narration très cinématographique notamment lors de séquences avec plusieurs personnages. Si on ajoute en plus un aspect film à sketchs dicté par une structure qui implique une succession de séquences au grès des stars rencontrées, on se retrouve avec un film à la structure et à la forme un peu étrange et bordélique. Pour celles et ceux qui appâtés par la bande annonce espèrent une grosse comédie soutenue et bourrée de punchlines la déception risque également d'être de mise. Il faut malheureusement le reconnaître une nouvelle fois la bande annonce contient presque toutes les séquences les plus drôles du film en plus d'étaler copieusement son menu de célébrités alors que le film aurait gagné sans aucuns doutes à surprendre le spectateur à chaque nouvelle participation. Avec sa forme qui boite et une bande annonce qui lui tire une balle dans le pied, Tout Simplement Noir ne partait pas gagnant pour marcher droit et pourtant le film fonctionne.

Il est difficile de faire l'inventaire des nombreuses thématiques que Jean-Pascal Zadi aborde et effleure avec Tout Simplement Noir mais elles finissent justement par leurs diversités et leurs contradiction par former une formidable évidence se définir par sa couleur de peau (Noir ou Blanche) n'a strictement aucun sens. Loin d'être un film communautariste, la maladresse chronique du personnage de JP et le nombre de personnages et de profils différents qu'il va croiser ne feront que renforcer cette idée qu'être noir est aussi vaste et contradictoire qu'être humain. Alors au fil des rencontres de personnalités jouant avec courage et dérisions de leurs propre défauts Jean-Pascal Zadi montre à quel point il est difficile de se définir en tant que personne surtout si l'on souhaite enfermé cette identité à une simple et unique caractéristique. Tout Simplement Noir aborde tellement de sujet passionnant que Jean-Pascal Zadi semble lui même parfois perdu dans des pensées les plus contradictoires. Le film montre avec force et humour que par définition toute forme de communautarisme est excluante avec cette scène formidable durant laquelle noirs , arabes et juifs discutent d'une possible union des exclus tout en sectarisant leurs modes de pensées jusqu'à l'extrême. Le film fustige, égratigne, interroge sur les archétypes des rôles offert aux comédiens noirs, sur la misogynie machiste et culturelle, sur le jeu des clichés comme moteur de comédie, sur le militantisme de façade de personne ne connaissant pas leur propre histoire, sur le racisme larvé sous les meilleurs intentions, sur le besoin d'être reconnu de ceux que l'on considère arbitrairement comme les siens et tant d'autres choses encore.

Même si la bande annonce en atténue grandement l'impact Tout Simplement Noir reste aussi une très bonne comédie parsemé de quelques savoureux morceaux de bravoures comme la soirée chez Joey Starr, l'altercation au restaurant entre Fabrice Eboué et Lucien Jean-Baptiste , la rencontre avec Ramzy et Jonathan Cohen ou l'enregistrement du morceau de rap avec Soprano. Mais plus que tout c'est le portrait touchant de Jean-Pascal Zadi en tant qu'homme qui finit par hisser Tout simplement Noir au dessus du lot. Le film dresse l'itinéraire d'un homme simplement en quête de la reconnaissance dont il a besoin pour avancer qu'elle soit de son métier, de ses proches ou de sa communauté partiellement fantasmé. Sous les traits de la comédie et de la dérision pointe la mélancolie d'un type qui paradoxalement sera bien plus souvent renvoyé à ses dents qu'à sa couleur de peau et se retrouve régulièrement exclus et moqué par tout ceux qu'il approche.

La scène avec Omar Sy qui lui renvoie comme un uppercut toutes les contradictions de son combat et de ses échecs d'homme en montrant qu'un acteur noir peut réussir, être épanoui dans sa famille, servir la cause de l'Afrique loin du tapage médiatique tout en étant la personnalité préférée des français, est à la fois drôle et très violente

. Avec dérision et sensibilité Jean-Pascal Zadi montre à quel point il est difficile d'exister aux yeux des autres , de dépasser les apparences immédiates, de se faire une place au soleil, de concilier les exigences inhérente à sa valeur d'exemple avec le besoin d'avancer au quotidien.

Alors oui la forme est décousue, le message un peu bordélique, les contradictions nombreuses mais la sincérité de l'ensemble transcende toutes les maladresses , Tout Simplement Noir, tout simplement et maladroitement humain.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 120 fois
4 apprécient

Freddy K a ajouté ce film à 1 liste Tout simplement noir

Autres actions de Freddy K Tout simplement noir