Jouer, rire, grandir

Avis sur Toy Story 2

Avatar Behind_the_Mask
Critique publiée par le

Toy Story 2, malgré les multiples rediffusions, est l'un de ces films qui ne perd à aucun moment de son pouvoir d'attraction. Au contraire. D'abord, parce ce que c'est, encore aujourd'hui, une performance technique et une beauté graphique qui n'accuse ses quinze ans d'âge (déjà) qu'en de très rares et fugaces occasions (la représentation de persos humains en arrière plan, pas top). Les tribulations de Woody et Buzz sont toujours superbes et baignées d'une lumière choisie et diffusée avec goût et attention. Les couleurs, magnifiques, sont quant à elles profondes et palpables.

C'est aussi un incroyable film d'aventures au pays du plastique, enlevé, haletant et percutant, qui trouve le temps de laisser respirer le spectateur avant de l'emporter de plus belle, toujours plus loin dans un constant renouvellement scénaristique. A l'image de cette scène du tapis roulant dans l'aéroport, vertigineuse et préfigurant le climax des portes du futur Monstres & Cie. Peut être que Toy Story 2 constitue même le sommet des studio Pixar. Les nouveaux personnages apparaissant à l'écran sont bien esquissés et très attachants, comme Pile-Poil, adorable, ou Jessie, craquante dans sa peur et ses angoisses. Ils sont tellement évidents qu'ils semblent avoir toujours fait partie de l'univers de Toy Story, tout en en étendant avec astuce le paysage.

C'est aussi une comédie ravageuse et intelligente, le bon mot constamment aux lèvres, au bon moment, sans excès et parfaitement rythmé. Cet aspect de l'oeuvre Pixarienne est enchassé dans la partie aventures dont elle constitue le parfait contrepoint, sans jamais prendre le dessus et cite ses multiples et toujours justes références cinématographiques de manière pertinente, sans verser dans la citation pour le plaisir ou la parodie complice et mal exécutée, au contraire de DreamWorks qui s'y adonne encore trop souvent de manière maladroite.

Mais avant tout, Toy Story 2, c'est une oeuvre inoubliable par les sentiments qu'elle fait naître ou qu'elle ravive, tout comme par son coeur d'une sincérité désarmante qui va jusqu'à réussir à arracher une larme lors de la chanson de Jessie, tant ce qu'elle décrit par l'image et les paroles est juste dans l'évolution et les changements de l'enfance. Quant à sa réflexion sur la fonction du jouet, elle touche et émeut tant elle est évidente et s'adresse à l'âme du gamin qui sommeille. Car le plastique et le polymère ne s'animent et prennent vie que dans les mains, l'amour et l'imagination d'un enfant, au cours de ses jeux, ses rêveries et son affect. S'en rappeler est simple, en grattant la couche de peinture qui recouvrait les lettres du nom du petit propriétaire.

Les jouets ne valent que dans les yeux d'un enfants, et non dans le prix d'une pièce de collection côtée par quelques spécialistes autoproclamés ou nostalgiques factices en mal d'investissements et suivant les modes éphémères.

Même les évidences méritent parfois d'être rappelées.

Behind_the_Mask, qui remet le nez dans son enfance enfuie.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 380 fois
15 apprécient · 1 n'apprécie pas

Behind_the_Mask a ajouté ce film d'animation à 5 listes Toy Story 2

Autres actions de Behind_the_Mask Toy Story 2