Bienvenue chez la mère supérieure

Avis sur Trainspotting

Avatar Ouin-Ouin
Critique publiée par le

Cette critique va entrer directement dans le sujet, exactement comme le film. Une musique d'intro juste géniale, "Lust Of Life" d'Iggy Pop, qui impose un rythme élevé et qui annonce un film à 200 à l'heure. D'ailleurs, tout le long, la BO va nous accompagner dans les aventures de ces jeunes héroïnomanes d’Édimbourg. Chaque musique à une place particulière et soulève encore un peu plus le scénario et les dialogues.
Dès les premières minutes, sur une musique d'Iggy Pop donc, nous pouvons assister à une course poursuite pédestre effrénée dans les rues de la capitale Ecossaise, qui, très joliment joué par Danny Boyle, sera capitale dans la clôture du film (non non je n'en dis pas plus.)
Je classerais tout de même ça comme une comédie dramatique plutôt qu'un drame à proprement parlé ou même qu'un "policier", car certaines scènes vont vous faire sortir ce petit rictus caché. Notamment et c'est celle qui m'a marqué le plus, la scène WTF dans les chiottes..(Haha ça donne envie de regarder hein !). Mais, il reste un drame avant tout, qui vous fera prendre du recul sur vos petits problèmes du quotidien, qui vous fera poser pas mal de questions quand au but que vous avez dans la vie et les choix que vous devrez prendre ! D'ailleurs j'ai beaucoup aimé le commencement du film, lors de la course poursuite, de part le monologue offert par Ewan McGregor sur les choix qu'il a à faire pour rendre sa vie plus belle..ceci clôturera vraiment le film. C'est pas magique !?
Ewan McGregor, justement, juste énorme dans le rôle principal, joue Mark Renton, drogué au chômage qui tout au long de l'heure et demie va poser un regard lucide sur sa condition de drogué. Mais un shoot en entraînant un autre, la spirale créée par la consommation d’héroïne va s'avérer plus compliqué et plus sinueuse qu'il n'aurait pensé. Son groupe de soi-disant amis étant pourtant là pour l'aider dans sa démarche, au début. C'est avec une curiosité infiniment profonde que nous nous demandons qu'elle vont être ses résolutions du lendemain et si il va, ou non, réussir à atteindre son objectif.
Mention spéciale à Robert Carlyle (Francis « Franco » Begbie), qui m'a fait rappeler Jean-Luc Couchard dans Dikkenek (et je pense qu'Olivier Van Hoofstadt s'en est beaucoup beaucoup inspiré), car ayant vu Dikkenek avant ce ne pu que être dans ce sens !
Au final un film magnifique sur la réflexion de la vie, sur le mal que peut engendrer la prise quotidienne de drogues, qu'elles soient douces ou dures. Une belle leçon de vie ! Je ne sais pas si c'était le but (bien que je le pense), mais c’est ce qu'il m'a fait ressentir !

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 754 fois
10 apprécient

Autres actions de Ouin-Ouin Trainspotting