Affiche Trois souvenirs de ma jeunesse

Critiques de Trois souvenirs de ma jeunesse

Film de (2015)

La Persistance de la mémoire

Pendant que Paul Dédalus nous racontait ses histoires d'amours et ses histoires tout court dans Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle), il gardait en sourdine les souvenirs de sa jeunesse qui vont aussitôt ressortir lorsque le spectre de son homonyme refait surface. Face à ce problème d'identité qui le bloque à la douane, Paul se remémore trois souvenirs de sa jeunesse, et Arnaud... Lire l'avis à propos de Trois souvenirs de ma jeunesse

4
Avatar JimAriz
8
JimAriz ·

Nostalghia

De Desplechin, je ne connaissais que son Rois et Reines que j’avais adoré à l’époque de mon visionnage. Et Trois souvenirs de ma jeunesse m’a donné une nouvelle fois l’envie de poursuivre sa filmographie, c’était vraiment bien. J’ai trouvé ce film très juste dans l’écriture des personnages car leurs réactions semblaient très vraies, ancrées dans le réel, malgré le côté décalé de... Lire l'avis à propos de Trois souvenirs de ma jeunesse

4
Avatar Moorhuhn
7
Moorhuhn ·

Se souvenir des belles choses (et des moins bonnes)

Après un détour par le film Jimmy P. qu’on peut considérer comme l’apothéose de son vif intérêt pour la psychanalyse, Arnaud Desplechin revient à une figure connue, puisque « Trois souvenirs de ma jeunesse » est présenté par le réalisateur lui-même comme le prequel de « Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) », et plus exactement comme les moments fondateurs de la... Lire l'avis à propos de Trois souvenirs de ma jeunesse

4
Avatar Bea Dls
9
Bea Dls ·

Critique d'un excellent film par un...moins excellent critique...

“ Passe le temps, trépassent les instants, si les amours meurent et s'éteignent, demeurent toujours leurs souvenirs qui nous étreignent. ” Airone (Vodkaster). Arnaud Desplechin, réalisateur français présentant un film sur la jeunesse à la "Quinzaine des réalisateurs" au Festival de Cannes. J'étais sceptique, je ne m'attendais pas à quelque chose comme cela, mais à un film ennuyeux au... Lire la critique de Trois souvenirs de ma jeunesse

4 2
Avatar Pierre-Louis Malinet
9
Pierre-Louis Malinet ·

Mais pourquoi nous imposer cela ?

"Trois souvenirs de ma jeunesse " ou comment je me suis disputé ...(ma vie cinéphile) avec le dernier Desplechin. Je pose d'abord le cadre. Les films du cinéaste ont toujours eu le don de m'agacer avec cette narration faussement alambiquée cachant un vide bobo (Quoique "Jimmy P" ne m'a pas déplu). La mise à l'écart de la sélection officielle de Cannes ne m'a bien sur pas fait crier au... Lire la critique de Trois souvenirs de ma jeunesse

17 1
Avatar pilyen
3
pilyen ·

Vivre sa vie : film en trois tableaux

Première incursion (et peut-être pas forcément la plus judicieuse, étant lié à "Comme je me suis disputé"...). Il y a deux choses qui frappent particulièrement dans ce film : Premièrement, le film joue avec tous les genres, commençant par une séquence presque horrifique, pour ensuite s'orienter vers une sorte de thriller politique, avant de s'attaquer au... Lire l'avis à propos de Trois souvenirs de ma jeunesse

6
Avatar MrOrange
6
MrOrange ·

J'eu l'césar ! (Ave moi)

Bon, soyons clairs et concis. J'ai trouvé ça vraiment sympa, mais c'est selon moi clairement pas le film de l'année. C'est un bon film, je peux comprendre sa nomination aux césars, et je suis même d'accord avec cette nomination, mais voir le réalisateur l'emporter, je trouve peut-être ça un peu too much. C'est bon mais pas exceptionnel.. Je comprends parfaitement ce qui a plu au jury.... Lire l'avis à propos de Trois souvenirs de ma jeunesse

4 1
Avatar papagubida
7
papagubida ·

Crazy in love

Paul Dédalus, dix ans après, ou plutôt vingt ans plus tard, ou alors vingt ans avant, faudrait savoir. En 1996, nous l’avions quitté trentenaire normalien se disputant et devisant beaucoup, finissant sa thèse et se séparant d’avec Esther (Comment je me suis disputé… ma vie sexuelle), prêt pour l’avenir sûrement et des voyages beaucoup. Aujourd’hui quarantenaire de retour en France, Paul se... Lire la critique de Trois souvenirs de ma jeunesse

1 3
Avatar mymp
8
mymp ·

Le nombril d'Ulysse

Le nouveau Desplechin est … un Desplechin. Cultivé, bien ficelé et surtout monté sans failles, il a sur le forme une technique personnelle et rodée. Sur le fond il faut aimer les histoires de bourgeoisie déchue roubaisienne, c'est à dire la propre vie de l'auteur, sinon on risque de ne pas accrocher, sans non plus s'ennuyer. Donc il s'agit une nouvelle fois d'un film au sujet nombrilisme et... Lire la critique de Trois souvenirs de ma jeunesse

1
Avatar Fiuza
5
Fiuza ·

Critique de Trois souvenirs de ma jeunesse par Le Blog Du Cinéma

Indéniablement riche, mais aussi très personnel, comme toujours avec Desplescin. Le récit se décompose en trois parties, permettant de faire plus ou moins lien avec l'oeuvre du cinéaste (comment je me suis disputé...). Je parle du personnel car du coup, il faut pleinement s'identifier aux névroses ou comme ici, aux vécu de l'auteur, pour rentrer dans son univers. C'est là qu'intervient une... Lire la critique de Trois souvenirs de ma jeunesse

4 5
Avatar Le Blog Du Cinéma
7
Le Blog Du Cinéma ·